Racolage sur la voie publique

Je marchais à pied vers mon bureau, au centre-ville, ce midi, quand un jeune homme m’aborda en me tendant un carton bariolé de la taille d’une carte d’affaires. Croyant qu’il s’agissait d’une pub de restaurant, je l’ai prise en lui disant merci. En réalité, six lettres stylisées s’étalaient sur toute la largeur du petit carton — S E X X X E — juste au-dessus de l’adresse d’un site Web érotique.

  • À votre avis, ce racolage sur la voie publique s’apparente-t-il à (1) du proxénétisme? (2) de la prostitution? (3) à un attentat à la pudeur?
  • Question subsidiaire: à un jeune homme dont il ne saurait dire s’il est mineur ou pas, le racoleur doit-il demander une pièce d’identité?
Publié dans amicalmant.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Archives

Dernières vidéos

Une vision citoyenne des lieux de culte à Outremont

Unifier mondes sémantique et non sémantique

Traitements et environnements sémantiques à Hydro-Québec