Cynisme dans l'urinoir

L'urinoir du Novotel Montréal Centre est rempli de cubes de glace et de quartiers de citron frais

À l’époque des superlatifs stériles, certains designers perdent leur âme dans le mauvais goût. L’urinoir de l’Hôtel Novotel Montréal Centre offre un très bel exemple de surenchère cynique. On y pisse dans des cubes de glace parsemés de quartiers de citron frais. Bien entendu, le citron à bon goût et la glace évoque la pûreté. Le passage du pipi à travers ce mélange, qui constitue une richesse rare pour les deux tiers de l’humanité, concasse néanmoins les valeurs morales de cinquante siècles de civilisation. L’arrière-goût est amer.

Celles ou ceux qui ont imaginé une telle association symbolique avaient probablement le désir de créer « la référence en termes d’innovation dans l’hôtellerie midscale » (sic). Étaient-ils cependant obligés d’être aussi pauvres d’esprit ? Les gestionnaires ayant acheté leur idée l’ont sans doute trouvée rafraîchissante, mais comment ont-ils fait pour ne pas percevoir sa touche glaciale de cynisme révoltant ?

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme », écrivait déjà Rabelais il y 500 ans. L’avertissement est toujours valable et il s’applique à de nombreux domaines d’activité humaine. La technologie, la création, la communication et le marketing ne sont pas les moindres. Pensez-y bien !

Publié dans amicalmant.ca
5 commentaires sur “Cynisme dans l'urinoir
  1. Alexandre dit :

    Et ce sont ceux qui ont une conscience qui en font les frais.

  2. Intellex dit :

    …c’est peut-être le nouveau réservoir de Corona…

  3. Vous avez raison. Je suis trop moraliste et pas assez marrant. Reste qu’il y a beaucoup de valeurs qui se perdent, dans notre société, sans même que l’on s’en rende compte tellement nous devenons superficiels. Ce n’est pas drôle pour ceux qui, comme moi, cherchent à « produire du sens » — ça ou pisser sur un citron, me direz-vous, c’est du pareil au même. Êtes-vous donc fait de glace ? ;->

  4. CarrieB dit :

    Parce que c’est pas comme ça qu’on fabrique la Desperados?
    Renseigne toi, tout n’est peut-être pas perdu, il y a du recyclage dans l’air, enfin dans les toilettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Archives

Dernières vidéos

Une vision citoyenne des lieux de culte à Outremont

Unifier mondes sémantique et non sémantique

Traitements et environnements sémantiques à Hydro-Québec