Dr. Google and Mr Big Brother

Il faut absolument faire circuler le petit film réalisé par Ozan Halici et Jürgen Mayer, deux universitaires allemands, à propos du danger liberticide que le pouvoir toujours accru de Google représente. On peut le visionner en ligne et télécharger des versions haute résolution à cette adresse. Ironiquement, on en trouve aussi une seconde pression à froid sur Google Video. La voici :

Cela fait quelques temps, déjà, que les défenseurs des libertés civiles s’interrogent sur le danger que représente la montée en puissance de Google. Certes, ses intentions philosophiques semblent tout à fait pures. Reste qu’en prenant les moyens de donner à n’importe qui accès à n’importe quelle information , on jette les bases d’une toujours possible dérive totalitaire.

Aujourd’hui, Google contrôle en effet 44 % des recherches sur Internet et offre plus de 80 services gratuits lui permettant de collecter une gigantesque masse d’informations privées auprès des internautes. L’an dernier, le géant californien a admis qu’il lui était notamment possible de fournir une liste des termes de recherche soumis par n’importe quelle adresse IP ou, à l’inverse, une liste d’adresses IP ayant soumis n’importe quel terme de recherche. On imagine l’intérêt que le pouvoir d’investigation résultant de cette masse de données et des corrélations permises par l’incroyable capacité de calcul des superordinateurs d’aujourd’hui, représente.

Par ailleurs, il est de notoriété publique que Gmail, le service de courriel gratuit de Google, présente deux particularités fascinantes :

  1. Une capacité de stockage gigantesque (3 Go) lui permettant de conserver en archives une masse imposante de messages privés, et ce avec le consentement enthousiaste de ses utilisateurs;
  2. la fonctionnalité AdSense, qui permet d’afficher, à côté de chaque message, des publicités ayant un lien direct avec les sujets traités dans celui-ci. Le hic, c’est que cela confirme, si besoin était, que chaque message est lu et soigneusement indexé par le cerveau artificiel de Google.

Ajoutez à cela les corrélations spatiales possibles grâce aux requêtes cartographiques de Google Maps; les corrélations sociales et temporelles potentiellement fournies par les carnets d’adresses de Gmail et les évènements de Google Agenda; le contrôle des informations privées consignées dans Google Document et Tableur; et toutes les autres mines d’informations personnelles offertes gratuitement par Google. Vous obtenez ainsi un fabuleux trésor permettant, au besoin, de créer des dossiers très précis sur chaque internaute ayant recours à ces services. Et plus vous en utilisez, plus vous nourrissez la bête !

Faut-il réellement s’inquiéter ?

Oui, je le crois, surtout lorsqu’un ancien agent des services de renseignement américains affirme en ondes que Google « couche » secrètement avec la CIA et que Google ne le dément pas. Oui, car même si les intentions des dirigeants de Google sont pures aujourd’hui, elles ne le seront peut-être pas toujours et, aussi, parce que leur fantastique pouvoir pourrait être détourné n’mporte quand par des personnes ou des groupes aux intérêts moins bienveillants.

N’oublions jamais, par ailleurs, qu’aucune technologie a priori bénéfique n’est exempte d’effets secondaires négatifs. Songeons, par exemple, aux bienfaits et aux dégâts causés, depuis deux siècles, par les technologies énergétiques basées sur le carbone ou le nucléaire. Le pouvoir d’intelligence et de régulation de l’être humain ne doit donc jamais s’effacer face aux technologies et aux systèmes complexes qui en dérivent.

Mais alors, que faire ?

Dîtes-moi plus bas ce que vous-même en pensez. En ce qui me concerne, je crois qu’il faut :

  1. Regarder ce film et bien y réfléchir plutôt que se fermer les yeux.
  2. Être bien conscient de chaque petite abdication de notre vie privée qui sous-tend nos intéractions avec Google.
  3. N’utiliser les services Gmail, Google Document et Tableur et Google Agenda que pour des projets publics et des transactions de données sans conséquence pour la protection de notre vie privée.
  4. Ne pas nous laisser aller à la facilité informatique et essayer, autant que possible, de contrôler nous-même cet aspect, aujourd’hui fondamental, que constitue la portion en réseau de nos vies.

Y arriverons-vous ?


J’avoue que, pour la plupart d’entre nous, il est permis d’en douter. Sans la rigueur législative et la protection civile que nos gouvernements sont de moins en moins en mesure, ces temps-ci, de nous prodiguer, les individus consuméristes et hédonistes que nous sommes ne font plus le poids face aux intérêts des grandes corporations et de leurs ramifications policières. Ce qui ne vous empêche pas, pour détourner un slogan électoral récent, de rester « lucides et solidaires » ― et ce quelles que soient vos allégeances politiques 🙂

Affaire à suivre…

Publié dans amicalmant.ca
Un commentaire sur “Dr. Google and Mr Big Brother
  1. heri dit :

    Je pense que Google va rester la star de l’informatique jusqu’à ce qu’une nouvelle startup prenne leur place. Les gens ont besoins de méchants et de héros.

    IBM -> Microsoft -> Google -> ???

    La nouvelle startup fera la une des journées et ça sera ensuite à la mode d’attaquer Google.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Archives

Dernières vidéos

Une vision citoyenne des lieux de culte à Outremont

Unifier mondes sémantique et non sémantique

Traitements et environnements sémantiques à Hydro-Québec