Le jour de la… non, des élections!

Aujourd’hui, 22 avril, c’était le Jour de la Terre. Pour soixante six millions six cent soixante six mille six cent soixante six Français, c’était plutôt celui des élections présidentielles. « La Terre, c’est moi ! », comme aurait dit Louis XIV. Ceci dit, il y avait au moins 66 Français, sur les 40 000 qui tentent actuellement de repeupler le Québec, à la marche écolo. C’était nettement plus qu’au Café Méliès où une poignée d’irréductibles blogueurs expatriés (dont moi-même, par fidélité affective) manifestaient leur amour de l’amère patrie, branchés sur France24.com. Atmosphère, atmosphère…

Publié dans amicalmant.ca
6 commentaires sur “Le jour de la… non, des élections!
  1. D’après Claude ALLÈGRE,scientifique français reconnu, l’énorme buzz sur le réchauffement climatique est une arnaque intellectuelle manipulée par des verts très rouges à l’intérieur ou des bobos « bourgeois-bohémiens» en mal de se donner bonne conscience d’habiter de grandes maisons énergivores. D’ailleurs pour lui Al Gore est un imposteur. A méditer

  2. Claude Allègre, un « scientifique français reconnu » ? ROFLOL < |;->

    Mon cher Philippe, malgré tout le respect dont la bienséance m’oblige à t’honorer quand même (car je ne suis pas du genre à escamoter les commentaires contradictoires, moi 🙂 la position défendue par ce professeur|politicien|polémiste qui fut, autrefois, géophysicien, ne m’impressionne guère. Une simple lecture de la biographie dont le gratifie la communauté (« bobo bourgeoise-bohémienne », il faut bien le dire:) de Wikipedia te permettra de prendre la mesure de ses errances.

    • Bien qu’il soit aujourd’hui membre de l’Académie des Sciences, sa carrière scientifique active s’est conclue, en 1976, par une erreur avérée dans une affaire d’éruption volcanique. Après cela, il sera gestionnaire, puis politicien; redevenu professeur, il semble surtout s’éclater dans l’écriture de chroniques et d’essais polémiques.
    • En 1996, il dénonce le désamiantage de la faculté de Jussieu qu’il considère inutile (pas mal, de la part d’un ancien conseiller pour l’enseignement supérieur).
    • Pour lui, les mathématiques ne relèvent pas de la science — une simplification pour le moins hâtive, semble-t-il.
    • En opposition à Ségolène Royal, il affirme sur RTL que le nucléaire est la meilleure source d’énergie propre (c’est vrai que, bien astiqués, quelques bidons de déchêts radioactifs auraient fière allure dans son salon!:).
    • Enfin, comme l’explique fort bien Florent Domine, authentique directeur de recherche au CNRS, Claude Allègre n’a pas de compétence en matière de climat; par ailleurs, la théorie du lien entre nos émissions de CO2 et le réchauffement climatique, qui remonterait à des travaux publiés en 1896, est confortée par 110 années d’observations concordantes.
    • Sans parler de l’accablant rapport du GIEC qui a été récemment publié par un vaste réseau scientifique international mandaté par l’ONU.
       

    Bref… Douter et vérifier trois fois plutôt qu’une les sources de ses convictions, c’est effectivement très sage, Philippe. Parler dans son chapeau sans prendre le temps de se documenter, je trouve que c’est dangereux et que cela sonne un peu creux, d’autant que c’est justement ce qu’Allègre reproche (bien à tort, hélas!) aux écolos.

    Dans le contexte d’un réchauffement climatique dont les conséquences risquent fort d’être irréversibles, nous sommes quelques centaines de millions de Terriens à penser qu’il est temps de mobiliser nos énergies afin d’appliquer le très français principe de précaution.

    Claude Allègre et ses amis bien placés seront morts depuis belle lurette lorsqu’on mesurera pleinement toute l’ampleur du problème. Que nous proposent-ils, d’ici là ? Rien moins que de nous enfouir la tête dans le sable jusqu’à ce qu’elle explose. Ma conviction, toute imparfaite soit-elle, me semble de loin plus crédible que la leur.

    PS : tant qu’à méditer sur le sujet, je te suggère de lire aussi les réponses de Libération. Ce repère bien connu de « BBB » n’est tendre ni avec l’homme ni avec ses arguments 🙂 Et puis il y a ce débat hilarant Allègre vs. Voynet dans le Nouvel Obs. Quelques jours plus tard, il se disait tenté de voter pour elle. Dans le genre girouette opportuniste, on ne fait pas mieux !

  3. Zelaurent dit :

    ça (yul)buzz dans le coin. J’ai l’impression d’être à la maison. Sans revenir sur l’affaire « Allègre », je trouve que tu es sévère avec notre MÈRE patrie. Elle a ses défauts, mais elle reste quand même celle qui nous a portée.

  4. Oups! Pardon pour le [lape|suce], comme dit mon chat programmeur 🙂 C’est moi qui suis parfois amer, c’est vrai, malgré une cure massive d’Omega-3. Reste que notre fidélité à la MÈRE patrie nous a empêché de participer pleinement à cette imposante marche en avant. Qu’est-ce qui était le plus important, à Montréal, hier ? Suivre de loin le duel Sarko-Ségo ou bien exprimer notre solidarité avec la société québécoise dans l’affrontement Baird-Kyoto ? Pour moi, il était important de faire acte de présence sur les deux fronts et c’est ce que j’ai voulu exprimer ici.

  5. Christophe dit :

    Je comprends ton point Christian.
    Mais en même temps, je pense que personne ne pouvait nous reprocher de nous regrouper hier entre Français pour bloguer sur les élections de notre « amère patrie », tout en ignorant les combats de notre société d’accueil, le temps d’une journée (et d’une autre dans deux semaines, bon…).
    Deux fois en deux semaines tous les 5 ans, nous avons ce droit de nous réunir entre compatriotes, sans avoir à complexer ni à culpabiliser parce que nous aurions mis les préoccupations du Québec de côté. Non?

  6. Bonsoir Christophe… Merci pour les vidéos! C’est drôle comme on semble avoir plus d’intérêt pour nos bébelles technos que pour le résultat de l’élection 🙂

    Non, non, je ne nous reproche rien. Je constate simplement. Quant à la Journée de la Terre, elle ne concernait pas seulement le Québec, heureusement. Il est quand même étonnant de constater que l’élection française a occupé beaucoup plus d’espace médiatique, ici même, dans les bulletins de nouvelles du soir, que la manif locale de 25 000 personnes (et plus ailleurs).

    Pourtant, quel impact le choix de Sarko ou Ségo aura-t-il sur la résolution de notre problème environnemental ? Assez maigre, je crois. Bref, il me semble qu’on ne peut pas vraiment reprocher à la classe politique de hiérarchiser les priorités moins bien que nous ne le faisons nous-mêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Archives

Dernières vidéos

Winter is coming

Une vision citoyenne des lieux de culte à Outremont

Unifier mondes sémantique et non sémantique