Vidéo: Un schéma vaut mille mots (Étienne Juliot, Obéo)

22 août 2014 – Étienne Juliot, fondateur et vice-président d’Obéo, présente cette société de logiciels open-source française, important contributeur de la Fondation Eclipse, qui propose des solutions de modélisation sur-mesure, ouvertes et adaptables. Il annonce également l’implantation d’Obeo au Canada, qui y est maintenant représentée par Marc Paganelli, en partenariat avec Savoir-faire Linux qui lui apporte son expertise et son soutien.

Tagués avec : , ,

Présentation des modules de la paie Québéc/Canada pour Odoo

Odoo Québec MeetupLe 29 avril, lors du Meetup Odoo Québec, Pierre Lamarche et David Dufresne présenteront pour la première fois en public les nouveaux modules de paie d’Odoo localisés pour le Québec et le Canada. Disponibles pour la version 7.0 de la plate-forme ERP open-source, cette ensemble de modules spécialisés permettent désormais à toute petite ou moyenne entreprise du Québec de gérer la paie de ses employés de A à Z, du calcul à l’émission des fiches de paie en passant par les écritures comptables associées.

Inscrivez-vous!

Un projet de stage bien encadré

Pierre Lamarche« Odoo comprenait déjà des modules standards pour faire la gestion de la paie, explique Pierre Lamarche, consultant fonctionnel chez Savoir-faire Linux, mais ils n’étaient pas du tout adaptés à la réalité québécoise. On se les faisait souvent demander et c’était un réel problème. Alors, on a profité de l’embauche de David, un stagiaire au profil très particulier, pour les développer. »
David Dufresne

Employé à notre bureau de Québec depuis septembre dernier, David Dufresne détient en effet un baccalauréat en administration des affaires, avec une spécialisation en comptabilité, et il prépare un second baccalauréat en informatique. Il avait donc le profil idéal pour s’attaquer à ces modules sous la supervision de nos experts techniques Odoo et de nos consultants fonctionnels.

« Ça a été un projet de stage vraiment passionnant, dit-il. Les seules spécifications du Québec et du Canada prennent quelque 30 000 lignes, incluant les gabarits et la traduction. Au total, j’ai travaillé sur ce projet un bon millier d’heures, car outre l’écriture du code et de la documentation, nous avons réalisé une centaine de tests unitaires afin d’assurer la stabilité du code. »

David a également appris le fonctionnement d’une communauté internationale de logiciel libre, puisque les nouveaux modules ont été contribués par l’entremise de la Odoo Community Association, dont notre directeur Qualité, Environnement et Sécurité et chef de pratique Odoo, Maxime Chambreuil, est l’actuel vice-président.

Un système de gestion de la paie autorisé par Revenu Québec

Grâce à cette contribution, Odoo est le seul logiciel libre de gestion ayant reçu une autorisation officielle de Revenu Québec pour l’émission des fiches de paie. « Les fonctionnaires du ministère ont mis du temps à nous donner accès aux spécifications de la paie, se rappelle Pierre, car ils ne comprenaient pas que l’on fasse tout ce travail sans vendre le logiciel. C’était nouveau pour eux. Nous leur avons expliqué le modèle d’affaires de l’open-source, qui nous permet de gagner notre vie en offrant simplement des services à valeur ajoutée d’installation, de configuration, d’intégration et de support, bien que le logiciel lui-même et l’accès à son code soient gratuits. »

Lors de la présentation du 29 avril (de 17h30 à 19h), Pierre et David présenteront les modules, de leur installation à leur fonctionnement détaillé, tant au niveau de la configuration des employés, des contrats, des taux horaires, etc., qu’au niveau de l’utilisation finale. Lors de la discussion, ils présenteront la feuille de route pour la suite des choses, qui comprend notamment une future mise à jour pour la version 8 d’Odoo/OpenERP.

Programme de la démo

  • Installation des nouveaux modules de la paie (en cours de révision).
  • Définition des règles précises pour chaque employé ou catégorie d’employés: création du contrat contenant un ou plusieurs « emplois », des taux horaires, des cotisations sociales ou professionnelles, un salaire annuel, etc.
  • Ajout de feuille(s) de temps selon les tâches prévues au contrat
  • Calcul et création automatique d’une fiche de paie: on définit la période, on appuie sur un bouton et le logiciel se charge du reste en fonction des paramètres enregistrés, incluant les bons prélèvements.
  • Présentation du traitement par lot (batch) des fiches de paie.

Il ne reste plus qu’à les vérifier en y intégrant au besoin des corrections manuelles, puis à les valider et à les imprimer. En arrière, toutes les écritures comptables sont créées et sauvegardées automatiquement.

Tagués avec : , , , , ,

OCTAS 2015 : votez pour le Centre collégial des services regroupés, Véga, Python… et Savoir-faire Linux!

Prix COUP DE CŒUR TIIl y a quelques jours, le Réseau ACTION TI annonçait que, pour la première fois en 2015, un prix du public serait remis lors du Gala des OCTAS 2015, le 28 mai prochain : le prix COUP DE CŒUR TI. Parmi les 77 organisations nominées figure le Centre collégial des services regroupés (CCSR), qui lançait récemment Véga. Cette application Web de dernière génération permet à ses abonnés de gérer efficacement les données sur les produits dangereux entreposés par leur organisation, conformément aux normes et lois en vigueur.

En tant que fournisseur ayant développé ce projet, Savoir-faire Linux vous suggère fortement — sans aucun parti-pris LOL — de voter pour le Centre collégial des services regroupés avant le 27 mai. Comme vous allez le constater en lisant ce qui suit, ce ne sont pas les bonnes raisons qui manquent, que ce soit pour l’amour du logiciel libre, du langage Python, des applications Web utiles et bien faites, des normes de sécurité publique, de l’éducation supérieure ou de la mutualisation!

Votez maintenant!

Un peu d’histoire*

Centre collégial de services regroupésEn 2001, le CCSR met sur pied une banque de fiches signalétiques de produits contrôlés, Reprofics, pour en centraliser la mise à jour. Reprofics est d’abord accessible aux abonnés par l’entremise d’un logiciel propriétaire. Au tournant de 2008, ce logiciel n’est plus développé, ni supporté. De nombreux établissements continuent néanmoins de l’utiliser.

Des démarches sont entreprises pour l’adoption d’un nouveau logiciel, mais aucun des produits analysés ne convient aux utilisateurs. Le Cégep régional de Lanaudière amorce alors le développement d’un logiciel d’inventaire des produits contrôlés sous la supervision d’un chimiste, en collaboration avec des stagiaires. Au terme de ce développement, le Cégep propose au CCSR d’intégrer la banque de fiches au logiciel d’inventaire : la première version de Véga voit le jour.

Cette première application Web réalisée en .NET par des étudiants permet de répertorier les produits se trouvant dans un local donné et de les relier aux fiches signalétiques de Reprofics. Une autre interface permet de consulter la banque de fiches. Des fonctionnalités s’ajoutent au fil des ans (impression d’étiquettes en quatre formats, intégration de plans en PDF, aide à la préparation de laboratoires).

En 2012, Véga n’est cependant utilisée que par quelques établissements en phase pilote et n’est toujours pas commercialisable. En raison de son développement par des stagiaires sur une courte période, de la multiplication des modules et du manque de cohérence du code, faire évoluer Véga devient difficile, tant en ce qui a trait à l’apparence et à l’adaptabilité (téléphone, tablette) qu’à l’optimisation des fonctionnalités.

Le CCSR, propriétaire de Reprofics, rachète alors les droits de Véga au Cégep régional de Lanaudière et entreprend la refonte de l’application dans le but de la faire évoluer. Il met sur pied un comité d’utilisateurs responsable de proposer et de prioriser les adaptations et les développements.

Véga, la refonte

La refonte de Véga a été réalisée de janvier 2013 à janvier 2015 en collaboration avec Savoir-faire Linux. La nouvelle solution Web, développée en python avec le cadre d’applications Django, maintient et améliore les fonctionnalités existantes, en plus d’en proposer de nouvelles :

  • Banque de fiches – Accès aux fiches sommaires normalisées réalisées à partir des fiches d’origine (PDF), facilitant la tâche des utilisateurs des produits contrôlés en regroupant sur une même feuille toute l’information relative à l’identification du produit, à sa classification SIMDUT, à l’équipement de protection individuelle requis lors de l’utilisation, à sa manutention, à son entreposage et aux premiers soins à donner en cas d’urgence; ◤vidéos◥
  • Étiquettes – Production d’étiquettes conformes à la loi pour chaque produit dans tout format d’étiquette possible; (voir figure 1 plus bas)
  • Inventaire – Gestion, dans un emplacement accessible à tout intervenant autorisé, de l’inventaire des produits dangereux reliés aux fiches signalétiques des produits; ◤vidéos◥
  • Mesures d’urgence – Centralisation des plans de contingence concernant les produits dangereux et des plans détaillés des bâtiments, possibilité de les imprimer à même l’interface Web et de les envoyer sous forme de fichiers PDF aux services d’urgence, possibilité de créer un compte d’accès spécial permettant aux intervenants externes de récupérer en tout temps l’information et les plans les plus récents.
  • Mobilité et consultation multi-plateformes – Prise d’inventaire et gestion des fiches signalétiques et accès facilités par l’usage de tablettes et de téléphones intelligents.
  • Accès en mode consultation – Accès direct à partir de n’importe quel poste informatique d’une organisation membre (filtre par adresses IP), une fonctionnalité appréciée des professeurs et étudiants.

En conclusion, Véga est un projet numérique novateur qui tire parti des technologies de l’information afin d’améliorer l’efficacité et la transparence de la gestion des produits dangereux au sein des organisations. Le recours aux technologies ouvertes python et Django donne au CCSR le contrôle du code et de la propriété intellectuelle et assure le développement futur de l’application en fonction de l’évolution des besoins des utilisateurs, sans frais de licence et sans dépendre d’un fournisseur.

Image

Figure 1 – Exemple de formats d’impression d’étiquettes

Tagués avec : , , ,

Le Web à Québec, du développement à la communication Web… et plus loin encore!

Émilien Edmond sur la scène du WAQ 2015La semaine dernière, j’ai eu la chance de passer une journée au Web à Québec, alias #WAQ15, en compagnie de 800 « passionnés du numérique ». Le matin, j’ai filmé la conférence présentée par Émilien Edmond sur l’état des logiciels libres pour le design. Puis, le midi, j’ai croisé plusieurs collègues et amis, développeurs et communicateurs Web, de Québec et de Montréal, pour une fois tous réunis au même moment et au même endroit.

L’après-midi, j’ai pris quelques photos dans la salle Savoir-faire Linux où avait lieu la piste dite « technique » du WAQ. Je ne sais pas si c’est la qualité du programme concocté par les organisateurs, la déco soigneusement orchestrée par Mlle Marianne, les « ubergeek goodies » tirés au sort en fin de journée ou tout cela à la fois qui a enflammé la #salleSFLX, mais ce qui est sûr, c’est que celle-ci était bondée et ses présentations très appréciées.

WAQ15

Spécialiste des médias sociaux, Mélissa s’implique comme bénévole

Avant de partir, j’ai enregistré cette conversation entre Mélissa Langlais, spécialiste web et médias sociaux chez notre client et partenaire GESTEV, et Anick Tardif, directrice du Bureau de Québec et des Solutions Web chez Savoir-faire Linux.

La discussion porte sur la nature de l’expérience que Mélissa est en train de vivre. Elle aurait pu assister au WAQ en simple participante, mais elle a choisi de s’y investir comme bénévole. De plus, elle a assisté à une conférence technique dont les principaux concepts, au-delà de certains aspects qui la dépassaient, lui ont permis de mieux appréhender la problématique technologique.

S’il est essentiel que les développeurs comprennent les enjeux de leurs clients, il est également important que ceux-ci se familiarisent avec les enjeux techniques du Web.

Cette empathie réciproque explique peut-être en partie la longévité de notre relation de travail avec GESTEV qui non seulement perdure mais s’enrichit depuis des années.

Il me semble aussi que la communauté numérique de Québec forme une grande famille, du développement à la communication et au marketing Web. La pluridisciplinarité constituant un atout important pour le succès des projets numériques, Québec dispose là d’un avantage sur Montréal où la communauté, aussi talentueuse mais beaucoup plus importante, a tendance à se fragmenter en silos autour d’un métier, d’une technologie ou d’un champ d’intérêt particulier.

Ajoutez à cela l’environnement naturel, l’absence de clivage linguistique et l’osmose entre les secteurs public et privés, et vous avez des conditions gagnantes pour faire de la région de Québec un pôle important de l’économie numérique canadienne.

Tagués avec : , , , , ,

DevOps au quotidien : d’OpenStack à l’intégration continue !

Voici donc la vidéo de la présentation du 8 décembre dans laquelle Jonathan Le Lous présentait le concept de DevOps en relation avec les technologies d’Infrastructure-Service (IaaS) comme OpenStack, et de Plateforme-Service (PaaS) comme OpenShift. Il décrivait ainsi l’évolution des processus de collaboration entre les administrateurs systèmes et les développeurs telles que nous la vivons, au quotidien, chez Savoir-faire Linux.

En transcrivant la vidéo, il m’est apparu que ce texte était fort intéressant, mais qu’il se lirait mieux sous forme d’entrevue. L’innovation, chez nous, ne connaissant pas de limites, je l’ai adapté selon les termes de la licence Creative Commons. Voici donc cette passionnante « non-entrevue ». 😉

Lisez la suite

Tagués avec : , , ,

4 vidéos pour comprendre DevOps, OpenStack et OpenShift

Le mois dernier, nous vous proposions de découvrir OpenStack et OpenShift lors d’une conférence privée d’une demi-journée co-organisée avec nos amis et partenaires de chez iWeb, eNovance et Red Hat. Nous avons filmé les quatre présentations de Montréal. Les vidéos sont maintenant en ligne sur notre chaîne Youtube. Elles contiennent beaucoup d’informations fort utiles pour les professionnels des infrastructures et du développement, tant au niveau des concepts généraux que du partage de connaissances techniques.

DevOps: de l’IaaS à l’intégration continue

Jonathan Le Lous, directeur du département Infrastructures et meneur de pratique Infonuagique chez Savoir-faire Linux, expose la réalité actuelle du DevOps, cette boucle vertueuse reliant aujourd’hui les développeurs et les administrateurs de systèmes grâce à la mise en place d’outils d’intégration adéquats, à la flexibilité des plateformes infonuagiques et, surtout, à la communication et la collaboration, deux valeurs fondamentales de l’open-source pas toujours évidentes à mettre en oeuvre. 😉

Cloud public Openstack en production

Boris Deschenes, architecte Cloud chez iWeb, présente un retour d’expérience concret et détaillé du déploiement d’infrastructure de nuages OpenStack dans un centre de données régional.

OpenStack en action: défis et solutions

Émilien Macchi, ingénieur logiciel chez eNovance (acquise par Red Hat cette année), présente l’état d’OpenStack, de son architecture à ses principaux cas d’utilisation, des défis posés par son déploiement à des solutions concrètes permettant de les surmonter.

Introduction à OpenShift #PaaS

Martin Sauvé, architecte de solutions Middleware chez Red Hat, présente OpenShift, la technologie de plateforme-service (PaaS) open-source de Red Hat qui permet d’automatiser le déploiement d’applications sur une infrastructure-service (IaaS) OpenStack.

Pour toute information complémentaire concernant DevOps et ce que Savoir-faire Linux peut faire pour vous autour d’OpenStack et OpenShift, n’hésitez pas à contacter Jonathan. Vous trouverez d’autres liens utiles vers les sites Web et les comptes de médias sociaux de nos partenaires. Bon visionnement!

Tagués avec : , , , , , ,

ETL et ESB : votre système d’information survivra-t-il au shopping de Noël ?

Petites bottes fourrées accrochées à un sapin de NoëlLes fêtes de fin d’année approchent et les plate-formes de commerce électronique tournent à plein régime. Non contents de garnir les alléchantes boutiques en ligne, les petits lutins numériques du Père Noël sont à l’œuvre dans les arcanes de mille et un systèmes d’information. Jour et nuit, ils échangeant des données d’une application à l’autre, d’une entreprise à l’autre, d’un pays à l’autre, se livrant à un frénétique ballet silencieux qui assure la prospérité de l’industrie et de tout le secteur des services commerciaux.

ALDO, un leader mondial de l’industrie de la chaussure de mode, connaît très bien ce phénomène. Avec plus de 1750 magasins à travers le monde et près de 200 millions de clients par an, la maîtrise d’un système d’information puissant, flexible et aussi robuste pendant les fêtes que tous les autres jours de l’année est, aujourd’hui, l’une des conditions indispensables à son succès.

En collaboration avec notre partenaire Talend, nous vous invitons à participer, le 16 décembre, à un webinaire interactif au cours duquel vous verrez comment ALDO a mis en place une architecture flexible et orientée données afin de tirer le maximum de valeur de chaque commande en ligne. Le premier intervenant de ce webinaire sera notre client, Eduardo Alvarez Alcazar, chef de l’équipe d’intégration chez ALDO et voici un rapide aperçu du sujet qu’il présentera :

Les sous-titres sont disponibles ⇗  cc Help us translate the subtitles!

Lors de ce webinaire en français accessible depuis le monde entier (durée: 1h30), vous découvrirez comment :

  • réduire les coûts et augmenter la performance de vos processus tel que le traitement de commande grâce à une approche orientée données;
  • mieux prédire et comprendre la demande de vos clients en temps réel en convertissant vos processus du mode batch vers du temps réel;
  • mettre à profit les technologies open source pour générer des bénéfices commerciaux concrets et mesurables.

Inscrivez-vous maintenant!

Tagués avec : , ,

Le droit d’auteur à l’ère du remix et du copier/coller

Copier/coller, «remixer» des informations et des opinions provenant de sources diverses, citées ou anonymes, c’est le travail (complexe s’il est bien fait) auquel se livrent journalistes, professeurs, juristes et autres communicateurs depuis des siècles. La copie et la réutilisation de contenus sont inhérents au fait même de communiquer. Ce sont, à mon avis, des droits d’auteur fondamentaux. Encore faut-il les exercer adéquatement. Inspiration :


Rue 89

Face aux saintes-nitouches du plagiat, défendons le copier-coller – Rue89

La directrice exécutive de l’école de journalisme de Sciences-Po a été suspendue après voir été accusée de copier-coller des extraits d’articles sans citer ses sources. On peut estimer qu’il s’agit de plagiat. Pas si simple. – par Xavier de La Porte | Rue89


Le « copyright » est effectivement, à mes yeux, une déviance, un asservissement de la pensée engendré par le système capitaliste et l’industrialisation de la culture. Il existe aujourd’hui des licences de « copyleft » permettant heureusement de libérer la plupart des contenus tout en en documentant les sources — emprunts d’images, de mots et d’idées — et d’encadrer ainsi leur libre circulation de façon fluide et respectueuse. Les licences Creative Commons en font partie.

Tous les contenus que je produis depuis des lustres (textes, photos, vidéos), pour moi-même et mes clients, à de rares exceptions près (vie privée, demandes spéciales), sont placés sous ces licences. Cela ne m’empêche ni d’en être (humblement) fier, ni d’en tirer mes (modestes mais dignes) moyens de subsistance.

Est-ce que ce concept s’applique aussi aux œuvres littéraires et artistiques plus achevées? Non, dans une logique capitaliste et industrielle héritée du XXième siècle. Oui, dans une logique contemporaine renouant avec les siècles et les millénaires antérieurs. Ma conviction, c’est que le copyright est à la pensée humaine ce que le pétrole est à l’atmosphère: un puissant moteur économique et industriel, certes, mais à terme une aberration léthale et (espérons-le!) passagère.

Tagués avec : , , ,

Un nouveau Meetup sur la supervision à Montréal

Thibault Cohen et Sébastien CoavouxTrois mois après le lancement du projet 24/7, l’équipe Supervision de Savoir-faire Linux fait encore parler d’elle et s’ouvre un peu plus à la communauté. Elle vient de sortir son premier bulletin de nouvelles et de prendre l’initiative de créer un nouveau Meetup montréalais consacré à la supervision. La première rencontre aura lieu à nos bureaux, le 3 décembre prochain.

Sébastien Coavoux est consultant chez Savoir-faire Linux et membre de l’équipe de développement de Shinken, la célèbre plate-forme de supervision libre écrite en Python. « Avec le bulletin, dit-il, nous souhaitons rester en contact et partager avec nos clients mais aussi, plus largement, avec tous ceux que les services de supervision de Savoir-faire Linux intéressent ». Thibault Cohen, notre meneur de pratique Supervision, lui-même membre de l’équipe de maintenance des paquets de Debian depuis l’an dernier, précise : « nous y annoncerons régulièrement nos contributions, nos réalisations et toute autre information connexe, comme par exemple l’inclusion de Shinken 2.0 dans la prochaine distribution stable de Debian, alias Jessy. »

Pour l’instant, ce premier bulletin a été mis en ligne sur Github et simplement diffusé par les médias sociaux. Début 2015, il sera possible de s’y abonner de différentes façons.

Lisez le bulletin

Plus important, l’équipe invite les professionnels de la supervision du Grand Montréal à participer au premier Meetup consacré à ce domaine. Dans une économie de plus en plus numérique, automatisée, en réseau, et soucieuse d’optimiser les coûts de production, en effet, la supervision des systèmes en évolution constante est elle-même un domaine d’ingénierie informatique très riche en innovations qu’il est important de connaître et partager.

« Dans un premier temps, nous allons évaluer quelles technologies les professionnels utilisent à Montréal — en open-source (Shinken, Nagios, Zabbix…) mais pas seulement, explique Thibault. Par la suite, nous souhaitons échanger des ateliers sur des cas pratiques comme, par exemple, la supervision d’une génératrice de courant. »

« Ces échanges nous permettront de démystifier les problèmes que nous savons résoudre et de trouver de l’aide pour ceux pour lesquels nous cherchons encore de meilleures solutions, résume Sébastien. Nous allons donc partager nos propres connaissances avec la communauté et apprendre d’elle, notamment à propos des outils connexes de présentation de rapports (reporting) sur lesquels notre expertise est un peu plus limitée. »

Rejoignez le Meetup

Tagués avec : , , ,

Sébastien Landry en tournage chez Savoir-faire Linux : communautés, grands espaces et plafonds hauts…

À l’été 2012, le réalisateur Sébastien Landry réalisait son premier long métrage, Un parallèle plus tard, qui est sorti en salle cet automne et dont l’action principale se déroule à Havre-Saint-Pierre, sur la Côte-Nord du Québec. L’une des premières scènes se passe dans une entreprise de sécurité informatique montréalaise. Le jeune cinéaste cherchait donc un bureau moderne, chaleureux, avec une belle lumière, un grand espace ouvert et des bureaux largement vitrés.

La vidéo est sous-titrée en français cc 

Le partage et l’entraide sont des valeurs communes à la culture de l’open-source et des jeunes créateurs qui, comme Sébastien, ont recours au pouvoir des communautés afin de réaliser leurs rêves. Malgré le dérangement que cela pouvait susciter en pleine semaine, nous avons donc accueilli l’équipe du film à bras « ouverts ».

À la fin de la journée de tournage, j’ai demandé à Sébastien de me parler de son expérience de socio-financement et des raisons pour lesquelles il avait choisi notre bureau comme décor naturel.

Tagués avec : , , ,