Je change de job, donc d'ordinateur

 

Cette chronique a été publiée sous licence Open Content le 22 février 1999 dans Multimédium, le cyberquotidien des TIC effacé du cyberespace par Québecor Media en mai 2002.



Les petits trucs qui rendent la fin des nouveaux emplois facile

 

Christian Aubry en 1999Récapitulons. Rediriger mon adresse de courrier, sauvegarder mes archives, désinstaller mes logiciels personnels, nettoyer mes signets et mon carnet d’adresses, souscrire un nouvel abonnement Internet, migrer ma page Web… Qu’ai-je donc bien pu oublier?

Autrefois, quand on quittait sa job, les choses étaient moins compliquées: quelques piles de papiers à trier, deux tiroirs à vider, une affiche à décrocher, quelques collègues à saluer, et hop! en route vers de nouvelles aventures!

Aujourd’hui, l’environnement numérique complique l’exercice. Il ne suffit pas de passer des heures à configurer au petit poil notre outil informatique lorsqu’on travaille; il faut lui en consacrer presque autant lorsqu’on a décidé de s’en aller. Plus les prothèses sont sophistiquées, plus elles requièrent de l’entretien!

Une seule solution: l’or-ga-ni-sa-tion !

 

Le mieux est de se préparer au départ… dès l’arrivée! La plupart des emplois en TI, sur le WWW ou en multimédia, par exemple, vous sont offerts avec certains avantages immatériels, tels qu’une adresse de courrier, un accès Internet pour se connecter de la maison, quelques « Mo » d’espace Web, etc. Méfiance…

Il n’y a rien de pire, en effet, que de devoir prévenir 200 contacts que vous avez changé d’adresse de courrier électronique et de perdre ceux qui en auront peut être également changé entretemps. Dans un secteur d’activité qui bouge sans cesse, l’utilisation d’une adresse permanente évite ce désagrément.

Des serveurs fiables comme MailClub, en France (100 FF par an), ou MailBank, au Canada (5 $US par an) fournissent la solution idéale. Vous pouvez rediriger vos messages personnels vers votre adresse corporative et en changer aussi souvent que les circonstances l’imposent. Personne ne s’en apercevra.

Évidemment, votre employeur verra peut-être d’un mauvais oeil que vous lui demandiez d’imprimer votre adresse personnelle sur vos cartes d’affaires. Dans ce cas, il faudra être sélectif et ne l’utiliser qu’à bon escient, auprès de gens de confiance et de façon informelle.

Idem pour les pages Web personnelles. Utiliser les serveurs de votre fournisseur d’accès pour y stocker votre portfolio personnel, c’est bien. Garder votre page d’accueil sur un serveur indépendant et, si possible, gratuit, c’est mieux. En changeant d’employeur ou de fournisseur, vous n’aurez qu’à modifier les liens de la page d’accueil pour transporter vos visiteurs dans vos nouvelles pénates virtuelles.

Pour certains, le plus difficile consistera à dire adieu à leur fidèle ordinateur. C’est qu’on s’y attache, à ces armoires à puces! On peut cependant amortir le choc en trafiquant la fameuse loi de Moore : « Change de job à tous les dix huit mois, de ton ordinateur la puissance doublera ». Rien de tel qu’une nouvelle conquête pour oublier un chagrin d’amour! :-)))

Reste à faire le ménage dans vos documents, emporter avec vous ceux qui vous concernent (une unité de stockage externe à port parallèle est un achat toujours utile), exporter votre carnet d’adresses électroniques, désinstaller les logiciels qui vous appartiennent, etc. Préparez-vous à l’avance en gérant soigneusement vos disques durs, de manière à ne pas oublier d’information sensible — mots de passe, etc. Et prévoyez assez de temps pour effectuer calmement toutes ces opérations.

Surtout, pensez à votre successeur et soyez chic! Laissez-lui une machine en état de marche, suffisamment pleine pour faire la job et suffisamment vide pour qu’il ou elle n’ait pas le sentiment de la violer.

Évidemment, si « on » vous a démissionné, il n’y a pas à hésiter : reformatez le disque dur ! :-))))

Ami calmant,

Christian Aubry

» Reproduction autorisée à certaines conditions :
Take One!

» Des trucs? Des anecdotes? On en mange dans le forum! 🙂

Un commentaire sur “Je change de job, donc d'ordinateur
1 Pings/Trackback pour "Je change de job, donc d'ordinateur"
  1. […] Je change de job, donc d’ordinateur […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Archives

Dernières vidéos

Winter is coming

Une vision citoyenne des lieux de culte à Outremont

Unifier mondes sémantique et non sémantique