Catégorie : amicalmant.ca

Ch'uis pas un chien puisque ch'uis douanier!Voici l’URL du document dont les douaniers am√©ricains m’ont remis copie √† la douane. C’est proprement sid√©rant. Derri√®re les acronymes de WMP (Visa Waiver Program), MRP (Machine-Readable Passport) et NIV (Nonimmigrant Visa), ce texte de trois pages expose froidement les fondements d’un imp√©rialisme sans nuance fond√© sur la parano√Įa.

√Ä l’image des gouvernants isra√ęliens qui voudraient faire croire au monde qu’une simple cl√īture, aussi puissante et inhumaine soit-elle, peut les prot√©ger d’un enfer qu’elle contribue plut√īt √† forger, le d√©partement am√©ricain de l’immigration impose au monde sa vision technocratique et unilat√©rale de la s√©curit√© frontali√®re. Les ressortissants de pays ne se pliant pas servilement √† son exigence d’un syst√®me de passeports √† code-barre bas√© sur la technologie am√©ricaine avant le 1er octobre devront obtenir un visa de tourisme avant de se rendre aux √Čtats-Unis.

Plusieurs pays europ√©ens, dont la France, jouent d√©j√† le jeu de la parano√Įa yankee. D’autres, comme la Belgique, ont joint le mouvement plus tardivement. Quoi qu’il en soit, il s’agit l√† de pays riches. Les citoyens de pays plus modestes seront encore un peu plus ostracis√©s aux fronti√®res parce que leur gouvernements n’auront pas les moyens d’implanter ces technologies co√Ľteuses. Recul des libert√©s individuelles pour les uns. Atteinte √† la dignit√© et entrave √† la libre circulation pour les autres. Bien entendu, le foss√© continuera de s’√©largir entre les deux.

Heureusement, tous les Américains ne sont pas dupes de la dérive ultra-conservatrice qui frappe leur pays et, par ricochet, le monde entier. Je crois donc que chaque citoyen du monde qui en a les moyens se doit de leur prêter main forte en exprimant haut et fort son sentiment sur la question.

Voici donc mon opinion utopique mais sincère:

  • Les conflits ne se r√©solvent pas durablement par l’isolement et la r√©pression mais, au contraire, par l’ouverture et le dialogue.
  • Le passeport √† code-barre n’est pas la solution au probl√®me du terrorisme.
  • Le passeport √† code-barre ne peut qu’exacerber l’anti-am√©ricanisme et l’hostilit√© du Sud envers l’Occident.
  • Rien n’oblige un pays √† adopter le passeport √† code-barre s’il ne le d√©sire pas.

Ami Calmant,

C.A.

Bienvenue au Consulat de France! Après 15 ans de résidence au Québec, je ne savais pas que des fonctionnaires français pouvaient se montrer aussi courtois et sympathiques. Que dire, en revanche, des Américains?

Place Ville-MarieVingt quatre heures avant de partir pour Boston, je me rend compte, hier matin, que mon passeport fran√ßais est p√©rim√© depuis quelques jours. Je me pr√©cipite au 26√®me √©tage du 1, Place Ville-Marie o√Ļ j’arrive √† 11 heures avec mon vieux passeport en main et quatre photos d’identit√©. Croyez-le ou non, j’en suis ressorti 30 minutes plus tard avec un passeport neuf valide pour cinq ans. Le tout n√©goci√© rondement et avec le sourire. Messieurs-dames des Vieux-Pays, sachez que je vous dois reconnaissance, sympathie et consid√©ration. Dont acte, ce carnet en faisant foi.

Ce que vous ne m’avez pas dit, en revanche, mais que j’ai d√©couvert hier soir dans ce document, c’est que ce passeport fran√ßais, pay√© 95 $ cash, ne me dispensera pas du visa exigible √† l’entr√©e des √Čtats-Unis √† partir d’octobre prochain. Il n’est pas assez techno, parait-il. Seul les passeports dot√©s d’une ¬ę¬†zone √† lecture optique ¬ę¬†, que votre bureau d’√©tat-civil consulaire n’est pas √©quip√© pour produire, seront exempt√©s de cette mesure.

J’aurais aim√© savoir cela avant d’acheter mon passeport. √Ä cause de votre efficacit√©, de votre sourire et parce que je n’avais pas le choix, de tout mani√®re, je vous pardonne cet oubli. En revanche, cela ne me donne gu√®re le go√Ľt d’aller claquer mon fric au royaume des Bush o√Ļ les George sont rois.

Bons baisers et à lundi, de retour de Boston.

Ami Calmant,

C.A.

En r√©action au second article de Michel Venne sur le mariage gay publi√© dans Le Devoir du 4 ao√Ľt 2003

Votre exposé est pertinent et très intéressant. Je ne pense cependant pas comme vous que le mariage, de nos jours, contribue à fonder des engagements plus durables entre les personnes.

√Ä Montr√©al, dans la tranche des 35-45 ans, le nombre de couples divorc√©s me semble astronomique. √Ä l’inverse, de nombreux couples (dont le mien) vivent en union libre, avec ou sans enfants, pendant des d√©cennies sans ressentir le besoin de ¬ę¬†consacrer¬†¬Ľ cette union par une institution qui leur semble inutile — pour ne pas dire anachronique. Bref, il n’y a pas, √† mon sens, de lien g√©n√©ral entre la notion de mariage et la dur√©e de vie d’un couple.

Le seul et unique bouquet de raisons que je vois au mariage contemporain tient au d√©sir de respectabilit√© et de retour aux valeurs ancestrales dans un monde qui a, en apparence, rompu avec ces deux notions. Dans nos soci√©t√©s, aujourd’hui, la dignit√© de l’√™tre est fond√©e sur sa nature m√™me plut√īt plus que sur son statut social, politique, sexuel ou religieux. Quant aux valeurs ancestrales, pour nombre d’entre nous, elles n’ont de valeur que si elles sont approuv√©es par la science ou la n√©cessit√©. Ceci n’est pas vrai pour tous, √©videmment, mais c’est tout de m√™me une tendance profonde.

Dans ce contexte, je ne vois pas plus d’int√©r√™t ¬ę¬†objectif¬†¬Ľ au mariage gay qu’au mariage tout court. Il me semble que cette nouvelle campagne d’√©mancipation sociale rel√®ve plus d’un d√©sir de parach√®vement de la normalisation d’une communaut√© ostracis√©e par les gens dits ¬ę¬†normaux¬†¬Ľ pendant des si√®cles que d’un r√©el besoin d’avantages que le mariage contemporain ne saurait apporter.

Paradoxalement, les gays qui ne se reconnaissaient pas, il y a dix ans, dans les institutions classiques et cherchaient avant tout √† s’en affranchir veulent aujourd’hui s’approprier celles-ci. Je les comprends. Je l’accepte m√™me volontiers. Cela ne m’emp√™che pas d’y voir une sorte de r√©gression conservatrice de la part d’une communaut√© r√©put√©e progressiste. Ce n’est pas √©tonnant dans le contexte actuel, mais ce n’est pas sp√©cifiquement une bonne nouvelle.

En conclusion, je crois que la soci√©t√© doit accepter le mariage gay comme une marque de respect, d’acceptation et d’√©galit√© suppl√©mentaire mais que, en soi, cette acceptation n’apportera aucun avantage r√©el √† long terme √† la communaut√© gay, si ce n’est de lui permettre d’accueillir et de satisfaire les √©l√©ments conservateurs en son sein. Bref, de se ¬ę¬†normaliser¬†¬Ľ. La soci√©t√© toute enti√®re, en effet, est faite d’un m√©lange de conservatisme et de progressisme. Il aurait √©t√© rafra√ģchissant mais assez √©tonnant que la communaut√© gay soit exempt√©e √† long terme de cette dualit√©.

Christian Aubry

Pot aux rosesOr donc, notre bon ministre √† vot’sant√© a d√©cid√© de d√©criminaliser l’usage de la marijuana. Les Am√©ricains crient au r√©volutionnaire, au meurtre, √† la dictature — bref, tout, sauf au g√©nie. C’est √† voir car, dans le genre, on aurait pu faire beaucoup mieux.

Pourquoi ne pas demander √† notre vaillante industrie des biotechnologies, par exemple, de nous concocter une ¬ę¬†mari¬†¬Ľ transg√©nique qui livrerait le fun sans les effets secondaires? Imaginez une mari propre, saine, un tantinet zen, crevant l’√©cran de cin√©ma dans un look Coke, bi√®re ou hockey. On fait bien des miracles avec le ma√Įs, ne peut-on pas en faire avec le canabis, aussi?

Pensez aux empires du tabac qui s’√©croulent et qui ne demandent qu’√† exploiter ce nouveau march√© des plaisirs d√©riv√©s. Imperial Marijuana, voil√† un revamping de fi√®re allure! Pensez aux cultivateurs de tabac blond de la r√©gion de Lanaudi√®re, ruin√©s par les lois anti-tabac., dont les champs reverdiraient, enfin prosp√®res.

Pensez enfin aux Hell’s et autres trafiquants de tous poils que la prohibition prot√®ge et enrichit. Une Marie transg√©nique et en vente libre chez Jean Coutu leur couperait litt√©ralement l’herbe sous le pied!

Ami Calmant,

C.A.

J’ai eu chaud. Puis froid. Puis chaud encore. Et l√†, enfin, je suis ti√®de. Sauv√©!

Mon coll√®gue Christian All√®gre m’a confi√© son portable (un Dell Inspiron 5000) √† reb√Ętir sous Windows XP pendant ses vacances. Pas de probl√®me. Sa connexion r√©seau, entre autres, semblait d√©ficiente car l’archivage de ses dossiers critiques prenait un temps fou. Pas de probl√®me. Mon disque externe Maxtor fonctionne en USB-2 et FireWire, mais l’Inspiron n’a que des ports USB-1, ce qui √©quivaut √† un r√©seau tr√®s lent. Pas de probl√®me. Un coup de Partition Magic devait suffire √† cr√©er une partition d’accueil pour les sauvegardes.

Oui, je sais, je n’aurais pas d√Ľ, mais ce qui est fait est fait.

En quelques secondes, j’ai perdu les pr√©cieuses donn√©es √† n’effacer sous aucun pr√©texte et le syst√®me refusait de d√©marrer. Malaise. J’ai sorti tous les outils que j’utilise en cas de coup dur (Norton, FileRecovery, etc), sans succ√®s. PowerQuest disait: ¬ę¬†Seek error 46¬†¬Ľ. Super-malaise. Comment acc√©der √† la partition corrompue d’un ordinateur portable √©quip√© d’une interface r√©seau PCMCIA et de ports s√©rie, PS/2 et USB-1 seulement?

Le lendemain, j’ai fait un saut chez CompuSmart et Easy, le g√©nial technicien qui turbine √† l’arri√®re, m’a donn√© la solution. Elle s’appelle ¬ę¬†2.5 in. to 3.5 in. Hard Disk Mounting Kit¬ę¬†, par StarTech — quoiqu’il y a de la concurrence sur ce march√© plut√īt pointu!

Le 2.5 in. to 3.5 in. Hard Disk Mounting Kit en plein travail

J’ai donc d√©mont√© le disque rigide du laptop, puis je l’ai remont√© dans mon ordinateur de table. Sous Windows XP, la partition NTFS est apparue comme par miracle, mais elle √©tait toujours inaccessible. Le logiciel de secours qui m’a d√©finitivement sorti d’affaires, c’est Ontrack EasyRecovery Professional v.6. L√† o√Ļ nul autre ne pouvait aller, il est all√©. J’ai ainsi pu extraire tous les documents et fichiers de configuration important avant de reformater le disque dur.

Merci Easy (co√Ľt: toute ma gratitude).
Merci StarTech (co√Ľt: 12 $).
Merci Ontrack (co√Ľt: 199 $… US!).
Hum… Merci Kazaa. ūüôā

Ami Calmant,

C.A.

Bon ben voil√†. J’ai r√©sist√©, r√©sist√©, r√©sist√©… puis embarqu√©. √Ä 46 ans, le monde des soliloques virtuels s’ouvre enfin √† moi. Vive le radotage num√©rique en ligne! En rang d’oignon, m√™me, voire en file indienne de blogueurs sachant bloguer.

Face √† face avec soi-m√™me et la douce illusion que l’on a quelque chose d’int√©ressant √† communiquer aux autres, alors que la seule chose que la plupart d’entre nous communiquent de r√©ellement original ne sont que des √©motions sans lendemain.

Ab√ģme...

Sans lendemain, mais vivantes, et c’est d√©j√† √ßa.

Ami Calmant,

C.A.

Top