Étiquette : communauté

Merci Chicago - https://flic.kr/p/B9gQNtAlors que tous les êtres humains de bonne volonté étaient endeuillés par l’assassinat barbare d’au moins 129 innocents à Paris — à quelques coins de rues à peine de notre bureau européen — une petite délégation de notre équipe montréalaise s’envolait vers Chicago samedi et dimanche, afin de participer au Liferay North America Symposium. Elle y trouva une ville magnifique, un hâvre de paix, la solidarité et une communauté Liferay au grand cœur. Merci, Chicago!

La grande question au Symposium, cette année, c’est la prochaine version finale de Liferay 7 qui est officiellement présentée pour la première fois en Amérique du Nord. On s’attend à ce qu’elle fasse sa marque, notamment dans les domaines de l’expérience utilisateur, de la personnalisation et de l’optimisation de la performance. Nos collègues Nicolas Juneau, Sven Werlen et Serjik Sayad comptent bien y acquérir le plus de connaissances possibles sur les bénéfices et les bonnes pratiques induits par cette nouvelle version de Liferay, tout en partageant notre propre expertise avec nos clients et partenaires présents à l’événement.

 
LRNAS 2015

Tagués avec : , , , ,

Liferay Symposium Gold SponsorLors du Liferay North America Symposium 2015, qui se tient à Chicago les 16 et 17 novembre, Sven Werlen présentera nos outils de déploiement Liferay automatisés. Grâce à ces outils, il suffit d’appuyer sur un bouton pour qu’une VM se monte, avec toute la pile logicielle requise par un environnement Liferay complet, basée sur JBoss, avec un serveur frontal, un serveur d’indexation et de recherche, etc. Si vous avez la chance de visiter le kiosque de Savoir-faire Linux, allez voir la démo, ça vaut la peine.

Le Liferay North American Symposium, c’est le plus grand rassemblement de développeurs, intégrateurs, clients et utilisateurs Liferay de l’année. Plusieurs de nos clients y seront présents. Pour la sixième année consécutive, le chef de file des portails web open-source figure en tête du fameux quadrant de Gartner et son succès n’est plus à démontrer. Or, cette fantastique dynamique repose en grande partie sur l’expertise et la motivation de sa vibrante communauté.

Le positionnement de Savoir-faire Linux dans cet écosystème est très particulier. Nous sommes à la fois Partenaire avancé Red Hat et Partenaire platine Liferay, deux chefs de file ayant annoncé au début de l’été une entente stratégique qui fait de la plate-forme JBoss de Red Hat le middleware privilégié pour les déploiements Liferay. Nous avons donc un accès privilégié à leurs ressources et disposons d’équipes de développeurs et administrateurs de systèmes certifiés par ces deux éditeurs, ce qui nous permet de mobiliser et d’optimiser de solides expertises Java, Web, DevOps et infonuagique autour des projets de nos clients. C’est ainsi que nous avons mis au point des méthodes de travail très sophistiquées, tant au niveau de l’intégration et du développement Liferay que du déploiement et de la maintenance.

Commanditaire Or de ce symposium, nous serons heureux d’y retrouver nos clients, collègues et amis et d’accueillir les visiteurs à notre kiosque afin de leur partager les petits secrets de nos outils DevOps. Et qui sait? Ayant eu l’honneur d’y recevoir un Liferay Community Excellence Award chaque année depuis 2011, nous gardons l’espoir d’en rapporter un cinquième à la maison cette année. 😉

Gold Sponsor depuis 2012

Tagués avec : , , , , ,

Join The Ring!Imaginez un logiciel libre de communication multimédia tellement ergonomique et immédiat qu’il ne requiert ni configuration spéciale, ni compte en ligne, ni mot de passe. Imaginez qu’il soit construit à partir des dernières technologies pair à pair (P2P), sécurisé avec les meilleurs standards de chiffrement, et que vous puissiez l’utiliser gratuitement, sans frais de licence, pour échanger de la voix et de la vidéo avec un ou plusieurs correspondants. Ce logiciel vient de naître. Il s’appelle Ring et en est à sa toute première version alpha.

Voici quelques précisions techniques recueillies auprès de Guillaume Roguez, consultant senior en logiciel libre chez Savoir-faire Linux et directeur du projet.

Comment Ring est-il né et quelles sont ses caractéristiques fondamentales?

Guillaume RoguezRing est l’évolution d’un ancien projet, SFLPhone, qui a mûri au cours des dix dernières années et qui reposait sur l’ancien concept des données centralisées. Le changement des technologies et du monde en général a été le cadre directeur de ce logiciel : nous avons complètement réécrit les couches profondes et décidé de le doter de caractéristiques si nouvelles et révolutionnaires que nous devions en changer le nom.

Le concept essentiel est la décentralisation. Ring implémente le DHT : une technologie permettant d’identifier et d’obtenir l’adresse IP de clients connectés à un système réparti en réseau. Du coup, il n’est plus nécessaire de passer par un serveur centralisé sous protocole SIP ou AIX2 pour localiser et appeler un correspondant — même si nous avons conservé ces options de protocole dans le logiciel pour ceux que cela intéresse.

En mode DHT, chaque compte Ring est identifié sur le réseau par une empreinte numérique personnelle communément appelée « hash », un code unique de 40 lettres et chiffres, lié à un certificat d’identification et à une paire de clés asymétriques pour le chiffrement de ses communications. Il s’enregistre lui-même en distribuant son identité non pas à un mais à des « serveurs » équivalents, chaque machine agissant en effet comme serveur d’identité pour les autres. Ces machines peuvent apparaître, disparaître et être remplacées par d’autres à tout moment. La table des hashs contenant l’ensemble des identités des utilisateurs connectés et leurs adresses IP à un instant donné est répartie entre toutes leurs machines.

Pour recourir à une analogie simple, disons que cela se passe un peu comme dans une rue d’un quartier résidentiel. On connaît ses voisins, mais pas les voisins des voisins de ses voisins. Pourtant, il sera facile de les trouver en interrogeant un premier voisin qui en interrogera un autre, et ainsi de suite. Différence notable : les réseaux numériques sont beaucoup plus rapides et efficaces que le bouche à oreilles. (rires)

Peut-on réellement parler de totale confidentialité?

Oui, dans la mesure où cette question est ramenée là où elle résidait auparavant, soit au niveau humain. Quand vous communiquez avec quelqu’un, vous le faites avec confiance envers cette personne. Ring fait en sorte que cette confiance soit conservée et fiable.

Technologiquement, le chiffrement est basé sur le système bien connu des clés asymétriques, avec clé publique et clé privée. Ring utilise cette dernière pour chiffrer les communications sortantes. La clé privée n’est stockée que sur votre machine et n’en sort jamais : vous seul en posséder la copie. Même si une entité quelconque interceptait les paquets de données que vous échangez, vous pouvez être certain qu’elles ne pourra pas en tirer profit.

Un autre aspect très important de la sécurité, c’est le fait que Ring est un logiciel libre sous licence GPLv3. Son code source réside sur les serveurs publics de Savoir-faire Linux. Celui de ses dépendances logicielles est disponible sur les serveurs publics de leurs communautés respectives. Bref, tout est libre, tout est accessible, tout est transparent!

L’utilisateur avancé peut d’ailleurs nous aider à corriger les problèmes : nous acceptons volontiers les contributions. On s’attend à ce que les gens nous fassent part de ce qui ne va pas afin qu’on le corrige, mais ils peuvent aussi le corriger eux-mêmes et nous soumettre leurs correctifs. C’est ce que l’on faisait déjà avec SFLPhone et cela fonctionne très bien.

Quels systèmes d’exploitation Ring supporte-t-il et quelle est sa feuille de route?

Fin avril, nous avons ouvert au public une version alpha, encore très embryonnaire, pour les systèmes 64 bits basée sur Linux (Ubuntu 14.04/14.10 et Fedora 20/21) et Mac OSX. Nous l’avons bien entendu déjà testée à l’interne et avec quelques geeks ici et là, mais nous devons vérifier si tout se passe bien sur un grand réseau distribué. On s’attend à recevoir beaucoup de commentaires et à devoir corriger quelques problèmes. C’est précisément le but de cette première version.

Par la suite, nous aborderons la phase bêta en y ajoutant des fonctionnalités plus avancées et avec deux objectifs principaux :

  • Premièrement, la fréquence. Nous voulons en effet être très proches des retours et des besoins de la communauté. Nous offrirons donc des mises à jour fréquentes.
  • Deuxièmement, l’interopérabilité. Nous allons travailler sur les plate-formes mobiles comme Android et, parallèlement, sur un portage Windows qui est déjà bien avancé.

Il est en effet dans la logique et les valeurs du logiciel libre de rendre nos outils accessibles au plus grand nombre de personnes possible. Nous avons donc développé Ring en gardant constamment à l’esprit le fait qu’il devait être portable sur un maximum d’architectures. On pense bien entendu aux ordinateurs de bureau et aux plate-formes mobiles, mais aussi (et peut-être même surtout) aux systèmes embarqués qui vont devenir, avec l’Internet des objets, des plate-formes très sensibles dans les années à venir.

» Propos recueillis par ring:6a8da1380eb39e06d76634944384022ca92da937

Tagués avec : , , ,

Odoo Québec MeetupLe 29 avril, lors du Meetup Odoo Québec, Pierre Lamarche et David Dufresne présenteront pour la première fois en public les nouveaux modules de paie d’Odoo localisés pour le Québec et le Canada. Disponibles pour la version 7.0 de la plate-forme ERP open-source, cette ensemble de modules spécialisés permettent désormais à toute petite ou moyenne entreprise du Québec de gérer la paie de ses employés de A à Z, du calcul à l’émission des fiches de paie en passant par les écritures comptables associées.

Inscrivez-vous!

Un projet de stage bien encadré

Pierre Lamarche« Odoo comprenait déjà des modules standards pour faire la gestion de la paie, explique Pierre Lamarche, consultant fonctionnel chez Savoir-faire Linux, mais ils n’étaient pas du tout adaptés à la réalité québécoise. On se les faisait souvent demander et c’était un réel problème. Alors, on a profité de l’embauche de David, un stagiaire au profil très particulier, pour les développer. »
David Dufresne

Employé à notre bureau de Québec depuis septembre dernier, David Dufresne détient en effet un baccalauréat en administration des affaires, avec une spécialisation en comptabilité, et il prépare un second baccalauréat en informatique. Il avait donc le profil idéal pour s’attaquer à ces modules sous la supervision de nos experts techniques Odoo et de nos consultants fonctionnels.

« Ça a été un projet de stage vraiment passionnant, dit-il. Les seules spécifications du Québec et du Canada prennent quelque 30 000 lignes, incluant les gabarits et la traduction. Au total, j’ai travaillé sur ce projet un bon millier d’heures, car outre l’écriture du code et de la documentation, nous avons réalisé une centaine de tests unitaires afin d’assurer la stabilité du code. »

David a également appris le fonctionnement d’une communauté internationale de logiciel libre, puisque les nouveaux modules ont été contribués par l’entremise de la Odoo Community Association, dont notre directeur Qualité, Environnement et Sécurité et chef de pratique Odoo, Maxime Chambreuil, est l’actuel vice-président.

Un système de gestion de la paie autorisé par Revenu Québec

Grâce à cette contribution, Odoo est le seul logiciel libre de gestion ayant reçu une autorisation officielle de Revenu Québec pour l’émission des fiches de paie. « Les fonctionnaires du ministère ont mis du temps à nous donner accès aux spécifications de la paie, se rappelle Pierre, car ils ne comprenaient pas que l’on fasse tout ce travail sans vendre le logiciel. C’était nouveau pour eux. Nous leur avons expliqué le modèle d’affaires de l’open-source, qui nous permet de gagner notre vie en offrant simplement des services à valeur ajoutée d’installation, de configuration, d’intégration et de support, bien que le logiciel lui-même et l’accès à son code soient gratuits. »

Lors de la présentation du 29 avril (de 17h30 à 19h), Pierre et David présenteront les modules, de leur installation à leur fonctionnement détaillé, tant au niveau de la configuration des employés, des contrats, des taux horaires, etc., qu’au niveau de l’utilisation finale. Lors de la discussion, ils présenteront la feuille de route pour la suite des choses, qui comprend notamment une future mise à jour pour la version 8 d’Odoo/OpenERP.

Programme de la démo

  • Installation des nouveaux modules de la paie (en cours de révision).
  • Définition des règles précises pour chaque employé ou catégorie d’employés: création du contrat contenant un ou plusieurs « emplois », des taux horaires, des cotisations sociales ou professionnelles, un salaire annuel, etc.
  • Ajout de feuille(s) de temps selon les tâches prévues au contrat
  • Calcul et création automatique d’une fiche de paie: on définit la période, on appuie sur un bouton et le logiciel se charge du reste en fonction des paramètres enregistrés, incluant les bons prélèvements.
  • Présentation du traitement par lot (batch) des fiches de paie.

Il ne reste plus qu’à les vérifier en y intégrant au besoin des corrections manuelles, puis à les valider et à les imprimer. En arrière, toutes les écritures comptables sont créées et sauvegardées automatiquement.

Tagués avec : , , ,

Émilien Edmond sur la scène du WAQ 2015La semaine dernière, j’ai eu la chance de passer une journée au Web à Québec, alias #WAQ15, en compagnie de 800 « passionnés du numérique ». Le matin, j’ai filmé la conférence présentée par Émilien Edmond sur l’état des logiciels libres pour le design. Puis, le midi, j’ai croisé plusieurs collègues et amis, développeurs et communicateurs Web, de Québec et de Montréal, pour une fois tous réunis au même moment et au même endroit.

L’après-midi, j’ai pris quelques photos dans la salle Savoir-faire Linux où avait lieu la piste dite « technique » du WAQ. Je ne sais pas si c’est la qualité du programme concocté par les organisateurs, la déco soigneusement orchestrée par Mlle Marianne, les « ubergeek goodies » tirés au sort en fin de journée ou tout cela à la fois qui a enflammé la #salleSFLX, mais ce qui est sûr, c’est que celle-ci était bondée et ses présentations très appréciées.

WAQ15

Spécialiste des médias sociaux, Mélissa s’implique comme bénévole

Avant de partir, j’ai enregistré cette conversation entre Mélissa Langlais, spécialiste web et médias sociaux chez notre client et partenaire GESTEV, et Anick Tardif, directrice du Bureau de Québec et des Solutions Web chez Savoir-faire Linux.

La discussion porte sur la nature de l’expérience que Mélissa est en train de vivre. Elle aurait pu assister au WAQ en simple participante, mais elle a choisi de s’y investir comme bénévole. De plus, elle a assisté à une conférence technique dont les principaux concepts, au-delà de certains aspects qui la dépassaient, lui ont permis de mieux appréhender la problématique technologique.

S’il est essentiel que les développeurs comprennent les enjeux de leurs clients, il est également important que ceux-ci se familiarisent avec les enjeux techniques du Web.

Cette empathie réciproque explique peut-être en partie la longévité de notre relation de travail avec GESTEV qui non seulement perdure mais s’enrichit depuis des années.

Il me semble aussi que la communauté numérique de Québec forme une grande famille, du développement à la communication et au marketing Web. La pluridisciplinarité constituant un atout important pour le succès des projets numériques, Québec dispose là d’un avantage sur Montréal où la communauté, aussi talentueuse mais beaucoup plus importante, a tendance à se fragmenter en silos autour d’un métier, d’une technologie ou d’un champ d’intérêt particulier.

Ajoutez à cela l’environnement naturel, l’absence de clivage linguistique et l’osmose entre les secteurs public et privés, et vous avez des conditions gagnantes pour faire de la région de Québec un pôle important de l’économie numérique canadienne.

Tagués avec : , , , ,

Thibault Cohen et Sébastien CoavouxTrois mois après le lancement du projet 24/7, l’équipe Supervision de Savoir-faire Linux fait encore parler d’elle et s’ouvre un peu plus à la communauté. Elle vient de sortir son premier bulletin de nouvelles et de prendre l’initiative de créer un nouveau Meetup montréalais consacré à la supervision. La première rencontre aura lieu à nos bureaux, le 3 décembre prochain.

Sébastien Coavoux est consultant chez Savoir-faire Linux et membre de l’équipe de développement de Shinken, la célèbre plate-forme de supervision libre écrite en Python. « Avec le bulletin, dit-il, nous souhaitons rester en contact et partager avec nos clients mais aussi, plus largement, avec tous ceux que les services de supervision de Savoir-faire Linux intéressent ». Thibault Cohen, notre meneur de pratique Supervision, lui-même membre de l’équipe de maintenance des paquets de Debian depuis l’an dernier, précise : « nous y annoncerons régulièrement nos contributions, nos réalisations et toute autre information connexe, comme par exemple l’inclusion de Shinken 2.0 dans la prochaine distribution stable de Debian, alias Jessy. »

Pour l’instant, ce premier bulletin a été mis en ligne sur Github et simplement diffusé par les médias sociaux. Début 2015, il sera possible de s’y abonner de différentes façons.

Lisez le bulletin

Plus important, l’équipe invite les professionnels de la supervision du Grand Montréal à participer au premier Meetup consacré à ce domaine. Dans une économie de plus en plus numérique, automatisée, en réseau, et soucieuse d’optimiser les coûts de production, en effet, la supervision des systèmes en évolution constante est elle-même un domaine d’ingénierie informatique très riche en innovations qu’il est important de connaître et partager.

« Dans un premier temps, nous allons évaluer quelles technologies les professionnels utilisent à Montréal — en open-source (Shinken, Nagios, Zabbix…) mais pas seulement, explique Thibault. Par la suite, nous souhaitons échanger des ateliers sur des cas pratiques comme, par exemple, la supervision d’une génératrice de courant. »

« Ces échanges nous permettront de démystifier les problèmes que nous savons résoudre et de trouver de l’aide pour ceux pour lesquels nous cherchons encore de meilleures solutions, résume Sébastien. Nous allons donc partager nos propres connaissances avec la communauté et apprendre d’elle, notamment à propos des outils connexes de présentation de rapports (reporting) sur lesquels notre expertise est un peu plus limitée. »

Rejoignez le Meetup

Tagués avec : ,

À l’été 2012, le réalisateur Sébastien Landry réalisait son premier long métrage, Un parallèle plus tard, qui est sorti en salle cet automne et dont l’action principale se déroule à Havre-Saint-Pierre, sur la Côte-Nord du Québec. L’une des premières scènes se passe dans une entreprise de sécurité informatique montréalaise. Le jeune cinéaste cherchait donc un bureau moderne, chaleureux, avec une belle lumière, un grand espace ouvert et des bureaux largement vitrés.

La vidéo est sous-titrée en français cc 

Le partage et l’entraide sont des valeurs communes à la culture de l’open-source et des jeunes créateurs qui, comme Sébastien, ont recours au pouvoir des communautés afin de réaliser leurs rêves. Malgré le dérangement que cela pouvait susciter en pleine semaine, nous avons donc accueilli l’équipe du film à bras « ouverts ».

À la fin de la journée de tournage, j’ai demandé à Sébastien de me parler de son expérience de socio-financement et des raisons pour lesquelles il avait choisi notre bureau comme décor naturel.

Tagués avec : , , ,

Logo S2LQLa deuxième édition du Salon du Logiciel Libre et des technologies ouvertes du Québec (www.s2lq.com) a lieu le 17 septembre 2014 à l’Espace Dalhousie de Québec. Ce sera une occasion unique d’échanger entre gestionnaires et professionnels des technologies numériques s’intéressant, de près ou de loin, à ce « carburant de l’économie du XXIème siècle » qu’est aujourd’hui le logiciel libre.

Pour votre information, Savoir-faire Linux sera présent à titre de commanditaire Platine, mais aussi d’exposant sur trois kiosques que nous co-animerons avec nos partenaires :

BlueMindAlfrescoRed Hat

Nous contribuerons directement au programme à deux reprises :

Par ailleurs, nous serons très heureux d’écouter deux de nos clients présenter, dans la salle Savoir-faire Linux, leurs approches des logiciels libres et des technologies ouvertes au cours de ces retours d’expérience :

Six vidéos de l’APELL

Au cours du dernier mois, nous avons collaboré avec l’Association des professionnels en logiciels libres (APELL) afin de produire et diffuser cette série de six vidéos qui éclairent les enjeux du salon sous différents angles :

Le Salon des logiciels libres du Québec 2014

Montréal, 31 juillet 2014 – Laurent Bounin présente la Salon des logiciels libres et des technologies ouvertes du Québec (S2LQ 2014), qui aura lieu à l’Espace Dalhousie du Vieux-Port de Québec le 17 septembre prochain. Cette année, le Centre d’expertise en logiciel libre du gouvernement du Québec est très impliqué dans l’organisation de ce salon qui bénéficie également de la participation d’importants éditeurs comme Red Hat, Suze et Microsoft, et de fournisseurs de services en logiciels libres présents au Québec depuis de nombreuses années, tels que Savoir-faire Linux, Gestion-ressources et Doculibre.

Informations complémentaires
⦿ Salon des logiciels libres et des technologies ouvertes du Québec

L’industrie du logiciel libre au S2LQ 2014

Montréal, 8 août 2014 – Éric Bégin, président de inLibro, une entreprise de Montréal spécialisée en systèmes intégrés de gestion de bibliothèque sous licence libre, explique l’intérêt d’assister au salon du logiciel libre du Québec (S2LQ), le 17 octobre prochain, afin de connaître l’écosystème du libre au Québec et de pouvoir ainsi faire profiter nos institutions de services informatiques hautement professionnels et personnalisés.

Informations complémentaires
⦿ Koha et DSpace : La gestion de l’information propulsée le libre
⦿ InLibro
⦿ Koha
⦿ Dspace

Why Is Microsoft a sponsor of S2LQ?

La vidéo est sous-titrée en français ➚  cc  ➚ English subtitles available

Cyberespace, 27 août 2014 – Keith Loo est meneur de stratégie pour les plateformes ouvertes de Microsoft. Dans cette courte entrevue, il explique pourquoi Microsoft a décidé de commanditer cette année le Salon des logiciels libres du Québec.

Informations complémentaires
⦿ Microsoft Open technologies

Apprenez à bien dormir au S2LQ 2014

Montréal, 19 août 2014 – Dominique Derrier, responsable de la sécurité des systèmes d’information (RSSI) chez Linkbynet, explique l’intérêt du Salon des logiciels libres du Québec, qui réunira tous les acteurs québécois de l’open source professionnel à Québec le 17 septembre, et comment il compte nous y apprendre à bien dormir une fois que nous avons fait le choix d’implanter une infrastructure en logiciels libres.

Informations complémentaires
⦿ J’ai basculé en Open Source… et je dors bien (S2LQ)

Vers le futur avec LibreOffice

Montréal, 20 août 2014 – Philippe Kalab, CEO de Collabora, sera présent au S2LQ pour y présenter une version professionnelle de LibreOffice aux entreprises de services en logiciel libre qui y seront présente ainsi qu’aux représentants des gouvernements et de l’industrie.
Informations complémentaires
⦿ LibreOffice – la suite bureautique du futur (S2LQ)

Découvrez l’expertise québécoise en logiciel libre

https://www.youtube.com/watch?SEN-D5SKXEM

Montréal, 4 septembre 2014 – Une autre version de notre entrevue avec Christophe Villemer, qui développe le contexte particulier du Salon des logiciels libres du Québec ainsi que la richesse et la diversité des expertises qui y seront présentées.

Tagués avec : , , ,

La venue de « PyCon US » à Montréal, c’est une idée folle qui se concrétise cette semaine, après quatre ans de rêve éveillé, de réflexion lucide, de travail acharné et, surtout, de collaboration.

Il y a quelques semaines, j’ai voulu connaître la genèse et les principaux enjeux de cette histoire. À l’issue d’une réunion de travail chez Savoir-faire Linux, j’ai demandé à Mathieu Leduc-Hamel et Davin Baragiotta de me la raconter, ouvrant grand mes yeux et mes oreilles numériques afin de vous la partager. Voici donc toute l’histoire, en 4 vidéos d’une durée totale de 15 mn.

Il était une fois… PyCon Montréal CC BY-SA

Mathieu Leduc-Hamel, président de Montréal Python, et Davin Baragiotta (membre de l’équipe d’organisation de Montréal Python et développeur chez Savoir-faire Linux) passent en revue le programme de la conférence nord-américaine PyCon 2014 et des différentes activités qui se succèdent, du 9 au 17 avril, au Palais des Congrès de Montréal et ailleurs…

Yannick-Gingras-par-Simon-Law-cc-by-saDavin et Mathieu ouvrent leur boîte à souvenirs et nous replongent en 2010. La paternité de l’idée revient à Yannick Gingras, qui était alors président de Montréal Python et un participant assidu de PyCon, dont il fut co-président de 2011 à 2012. Le projet évolue ensuite grâce à un premier contact institutionnel du côté de Montréal International et prend véritablement forme lorsque Tourisme Montréal embarque dedans à pieds joints.

En 2011, à Atlanta, la Free Software Foundation est impressionnée par l’implication de la communauté et l’état d’avancement du projet. C’est gagné! L’année suivante, Diana Clark et David Wolever organisent le premier PyCon Canada, ce qui renforce l’expertise canadienne quant à ce genre d’événement. C’est ainsi que Diana Clarke a accepté d’assumer la présidence de PyCon, cette année, aux côtés de Mathieu…

Cyril Robert (photo: Simon Law, CC BY-SA)Rien ne serait donc arrivé si le groupe Montréal Python n’avait pas tout d’abord incarné, dynamisé et développé le dynamisme et la créativité de la communauté montréalaise. La Python Software Foundation, qui est « une machine bien rôdée », y a eu recours en tant qu’organisme facilitateur, carnet de contacts et réserve de chargés de projets bénévoles.

À l’instar de Savoir-faire Linux, plusieurs entreprises locales, appuient Montréal Python dans ses activités régulières. Logiquement, plusieurs d’entre elles l’ont également suivi en investissant dans un partenariat de commandite avec PyCon 2014…

Sur les 2 500 participants attendus à PyCon 2014, au moins 1 500 arrivent de partout aux États-Unis. Ces déplacements vont générer des retombées économiques immédiates, mais également à plus long terme : rehaussement de l’image touristique, de la renommée technologique et des liens économiques de la ville.

À PyCon, les entreprises montréalaises se positionnent aux côtés des chefs de file de l’industrie numérique nord-américaine. Elles ont l’opportunité de rencontrer un grand nombre de développeurs hautement qualifiés et d’en attirer certains vers les rives du Saint-Laurent. Au final, cette visibilité dynamisera nos entreprises et, selon Mathieu Leduc-Hamel, pourrait les amener à offrir de meilleurs salaires aux membres de la communauté.

La boucle est bouclée! 🙂

Tagués avec : , , , ,

Le 12 octobre 2013, nous avions le privilège de recevoir le Gnome Summit annuel à Montréal et, en soirée, d’organiser une rencontre avec la communauté dans nos bureaux. C’est ainsi que les principaux développeurs de Gnome et les hackers locaux fraternisèrent autour d’un buffet et de quelques verres. Ils y prirent manifestement pas mal de plaisir puisque l’événement, qui devait se terminer vers 21h, s’est finalement étiré bien au-delà des 23h. 🙂

Au cours de la soirée, Karen Sandler, directrice générale de la Gnome Foundation, a aimablement accepté de répondre à quelques questions sur ce sommet Gnome, mais aussi sur la situation de l’open-source dans le monde. Elle nous explique notamment pourquoi le « Boston » Summit a désormais lieu à Montréal une année sur deux et présente les principaux sujets techniques à l’agenda de ce « hackfest » Gnome, notamment la question de l’accessibilité du poste de travail. Également, elle nous donne son opinion sur l’acceptation de l’Open Source dans le monde et sur le travail qui reste à faire afin que nous puissions réellement vivre dans un monde numérique meilleur.

Le Montréal Gnome Summit 2013 était commandité par la FQCIL (Fédération québécoise des communautés et industries du Libre) et Savoir-faire Linux. Plus de détails dans le billet précédent.

Tagués avec : , , , ,
Top