Can We Trust a Russian Software Editor Anymore? Nope.

Given the situation in Eastern Europe, I’d better be aware of the risks associated with installing anything coming from Putin’s Stalinian Empire until further notice.

This is the letter (with additional links) that I sent today to the support department of a Russian software editor that I have been dealing with for years for my PDF editing needs. New software updates are released but since I have no way to audit them and given the situation in Eastern Europe, I think I’d better be aware of the risks associated with installing anything coming from Putin’s Stalinian Empire until further notice and publicly acknowledge them.


▲ Photo: Moscow opposition deputy Alexei Gorinov staging an anti-war picket while on trial for “discrediting” the Russian military on June 20th, 2022. Source: The SOTA Project via The Moscow Times.  

From : Christian Aubry
To : Code Industry <support@code-industry.net)
Date : June 29, 2022


Hi there!

I have been a happy customer of your company and a proud user of Master PDF Editor for years now, both on Windows and Linux. However, I don’t know where your source code is maintained and independently audited. Furthermore, I can’t find any « Release notes » for the latest update and this is more troublesome today than ever.

I always have security concerns with proprietary software but I rely on my experience, intuition, and commercial trust with a few of them including yours. But security concerns have grown today because of the aggressive, bloody and criminal war that the Russian government has launched in Ukraine and the gross propaganda that they pour in Russian minds. Russian political opponents are regularly put in jail (or killed) and free thinkers can’t freely express themselves anymore.

My country, Canada which supports a democratic Ukraine and its free and peaceful people, is qualified by Russian « Gremlins » of being an « unfriendly country ». So it is quite objectively possible that the FSB would be able to 👿 persuade you to plant viruses, trojan horses and other spying malware in your products in order to attack our information infrastructure and hurt us. They have proven that they are as dangerous at cyberwar as they are bad at conventional war.

So please be warned that I will not install your updates until further notice — starting with the end of this « special operation » which, in fact, is an unlawful, unnecessary and barbarian war.

However, I could change my mind if:

  1. the war would stop and Russian troops step back to Russia where they belong;
  2. or you would provide a link to an open source repository hosted in the West that can be independently audited, as well as a tutorial for compiling and installing safely this open source code.

Otherwise you will have to suffer the burden of loosing indefinitely your satisfied and grateful Western clients. Let’s hope that, one day, your people will free itself from this Stalinian regime and that the Ukrainian nightmare will end.

Best regards,

Christian Aubry
Rimouski, QC – CANADA

René Barsalo : [propulse]ART ou le spectacle en réseau

Après avoir exploré le concept de « hub urbain », nous vous présentons aujourd’hui la seconde partie de notre entrevue de février dernier avec René Barsalo. Le directeur, recherche et stratégie de la SAT nous entretient, cette fois, du corollaire du hub urbain, qui a pour nom de code [propulse]ART.

Ce groupe de recherche multi-institutionnel, financé par le Ministère du Patrimoine canadien, est en train de créer une trousse à outil à code source libre et ouvert (open source) qui permettra aux salles de spectacle ou de conférence de se relier les unes aux autres en réseau et de diffuser ainsi des événements et des spectacles ayant lieu, au même instant, dans une autre ville, voire même à l’autre bout du monde. Évidemment, ces outils permettront l’interactivité, si bien qu’il sera possible de dialoguer d’une ville ou d’un pays à l’autre en temps réel.

La chose se pratique depuis quelques années en laboratoire, mais l’agenda serré de [propulse]ART devrait la rendre très largement accessible, avec les conséquences économiques et sociales qu’on peut imaginer. Internet transformera bientôt les arts de la scène comme il a transformé l’industrie musicale, la télévision et le cinéma. Attachez vos ceintures et bon spectacle!

Cette entrevue a été publiée le 9 avril 2008 sur Intruders TV Canada, un blogue collaboratif qui a été fermé abruptement par Thierry Béziers en mars 2009.

René Barsalo : le « hub urbain » de la Société des arts technologiques

Depuis que nous avons lancé Intruders Canada l’an dernier, nous avons souvent allumé nos caméras à la SAT, la Société des arts technologiques — que ce soit au StartupCamp, à Yultour ou lors du dernier BarCamp Montréal. Ce laboratoire de la culture numérique s’impose de plus en plus comme l’un des haut lieu de réseautage, d’innovation et d’incubation technologique de la métropole québécoise.

René Barsalo, directeur, recherche et stratégie de la SAT, est l’un des co-auteurs du rapport de veille de 2005 introduisant le concept de hub urbain, qui s’articule autour de deux observations fondamentales. 1) L’Internet à très large bande offre des possibilités de transport de l’image et du son permettant de donner un spectacle dans plusieurs lieux géographiquement éloignés à la fois. 2) Les lieux de rassemblement à vocation culturelle (opéra, théâtre, bibliothèque, cinéma…) témoignent de la fonction sociale de la culture, une richesse qui gagne à être partagée. Le fait qu’elle soit analogique ou numérique n’y change rien.

Lors de la conférence Espaces et services branchés d’Interfaces Montréal, la SAT évoquait récemment la conclusion imminente d’une entente de financement pour le projet Propulse[art]. Ce groupe de recherche dotera le hub urbain d’une boîte à outils logiciels sur mesure. À suivre dans la seconde partie de l’entrevue.

Cette entrevue a été publiée le 14 mars 2008 sur Intruders TV Canada, un blogue collaboratif qui a été fermé abruptement par Thierry Béziers en mars 2009.