Étiquette : vidéo

La venue de « PyCon US » à Montréal, c’est une idée folle qui se concrétise cette semaine, après quatre ans de rêve éveillé, de réflexion lucide, de travail acharné et, surtout, de collaboration.

Il y a quelques semaines, j’ai voulu connaître la genèse et les principaux enjeux de cette histoire. À l’issue d’une réunion de travail chez Savoir-faire Linux, j’ai demandé à Mathieu Leduc-Hamel et Davin Baragiotta de me la raconter, ouvrant grand mes yeux et mes oreilles numériques afin de vous la partager. Voici donc toute l’histoire, en 4 vidéos d’une durée totale de 15 mn.

Il était une fois… PyCon Montréal CC BY-SA

Mathieu Leduc-Hamel, président de Montréal Python, et Davin Baragiotta (membre de l’équipe d’organisation de Montréal Python et développeur chez Savoir-faire Linux) passent en revue le programme de la conférence nord-américaine PyCon 2014 et des différentes activités qui se succèdent, du 9 au 17 avril, au Palais des Congrès de Montréal et ailleurs…

Yannick-Gingras-par-Simon-Law-cc-by-saDavin et Mathieu ouvrent leur boîte à souvenirs et nous replongent en 2010. La paternité de l’idée revient à Yannick Gingras, qui était alors président de Montréal Python et un participant assidu de PyCon, dont il fut co-président de 2011 à 2012. Le projet évolue ensuite grâce à un premier contact institutionnel du côté de Montréal International et prend véritablement forme lorsque Tourisme Montréal embarque dedans à pieds joints.

En 2011, à Atlanta, la Free Software Foundation est impressionnée par l’implication de la communauté et l’état d’avancement du projet. C’est gagné! L’année suivante, Diana Clark et David Wolever organisent le premier PyCon Canada, ce qui renforce l’expertise canadienne quant à ce genre d’événement. C’est ainsi que Diana Clarke a accepté d’assumer la présidence de PyCon, cette année, aux côtés de Mathieu…

Cyril Robert (photo: Simon Law, CC BY-SA)Rien ne serait donc arrivé si le groupe Montréal Python n’avait pas tout d’abord incarné, dynamisé et développé le dynamisme et la créativité de la communauté montréalaise. La Python Software Foundation, qui est « une machine bien rôdée », y a eu recours en tant qu’organisme facilitateur, carnet de contacts et réserve de chargés de projets bénévoles.

À l’instar de Savoir-faire Linux, plusieurs entreprises locales, appuient Montréal Python dans ses activités régulières. Logiquement, plusieurs d’entre elles l’ont également suivi en investissant dans un partenariat de commandite avec PyCon 2014…

Sur les 2 500 participants attendus à PyCon 2014, au moins 1 500 arrivent de partout aux États-Unis. Ces déplacements vont générer des retombées économiques immédiates, mais également à plus long terme : rehaussement de l’image touristique, de la renommée technologique et des liens économiques de la ville.

À PyCon, les entreprises montréalaises se positionnent aux côtés des chefs de file de l’industrie numérique nord-américaine. Elles ont l’opportunité de rencontrer un grand nombre de développeurs hautement qualifiés et d’en attirer certains vers les rives du Saint-Laurent. Au final, cette visibilité dynamisera nos entreprises et, selon Mathieu Leduc-Hamel, pourrait les amener à offrir de meilleurs salaires aux membres de la communauté.

La boucle est bouclée! 🙂

Tagués avec : , , , ,

Le 12 octobre 2013, nous avions le privilège de recevoir le Gnome Summit annuel à Montréal et, en soirée, d’organiser une rencontre avec la communauté dans nos bureaux. C’est ainsi que les principaux développeurs de Gnome et les hackers locaux fraternisèrent autour d’un buffet et de quelques verres. Ils y prirent manifestement pas mal de plaisir puisque l’événement, qui devait se terminer vers 21h, s’est finalement étiré bien au-delà des 23h. 🙂

Au cours de la soirée, Karen Sandler, directrice générale de la Gnome Foundation, a aimablement accepté de répondre à quelques questions sur ce sommet Gnome, mais aussi sur la situation de l’open-source dans le monde. Elle nous explique notamment pourquoi le « Boston » Summit a désormais lieu à Montréal une année sur deux et présente les principaux sujets techniques à l’agenda de ce « hackfest » Gnome, notamment la question de l’accessibilité du poste de travail. Également, elle nous donne son opinion sur l’acceptation de l’Open Source dans le monde et sur le travail qui reste à faire afin que nous puissions réellement vivre dans un monde numérique meilleur.

Le Montréal Gnome Summit 2013 était commandité par la FQCIL (Fédération québécoise des communautés et industries du Libre) et Savoir-faire Linux. Plus de détails dans le billet précédent.

Tagués avec : , , , ,

Inauguration Bureau Québec

Benjamin Jébrak dans Direction informatique : Présence ministérielle à l’inauguration des locaux de SFL à Québec

Jeudi dernier, Savoir-faire Linux inaugurait officiellement ses nouveaux locaux sur la rue de la Couronne, à Québec. Deux semaines après l’adoption unanime par l’Assemblée nationale du Québec d’une motion historique sur le logiciel libre, le président du Conseil du Trésor et ministre de l’Administration gouvernementale, M. Stéphane Bédard, saisissait l’occasion pour préciser publiquement sa pensée sur cette question, en présence de ses collègues du Parti Libéral et de la CAQ ainsi que d’une quarantaine d’invités et 20 employés de l’entreprise.

Jean-Nicolas Blanchet dans Le Journal de Québec :
Linux dans Saint-Roch: Le logiciel libre prend du galon

Avant de céder la parole au ministre (voir la vidéo plus bas), Cyrille Béraud, président de Savoir-faire Linux, rappelait son appréciation de la méthode collaborative employée pour faire avancer le dossier au plus haut niveau des instances gouvernementales. Au cours de l’année écoulée, le ministre Bédard a en effet mis en place et pris activement part à une table de concertation entre le gouvernement, la fonction publique et des représentants de l’industrie québécoise du logiciel libre. Puis a suivi la création du Centre d’expertise en logiciel libre (CELL), la mise en place de projets phares et de centres spécialisés en région, puis cette motion — symbolique, certes, mais ô combien importante afin de faire passer le message au sein de la fonction publique et de la population.

Yves Therrien dans Le Soleil : Nouveaux locaux, nouvelle accréditation et nouveau contrat pour Savoir-Faire Linux

Saluant le récent succès international de l’entreprise, le ministre abandonnait ses notes pour livrer un discours spontané dans lequel il rappelait notamment qu’« il faut donner une place plus grande au logiciel libre. (…) Le Québec en tire un avantage collectivement et les finances publiques aussi. (…) Dans le domaine informatique, il y a un problème de concurrence. On a intérêt à maximiser cette concurrence, à s’ouvrir. »

Comme M. Béraud le rappelait à M. Bédard, celle-ci est loin d’être terminée: « Le logiciel libre, c’est un peu un vélo, a-t-il lancé. Si vous arrêtez de pédaler, on va tomber tout de suite! » Ce sur quoi le ministre a tenu à le rassurer ainsi: « Au niveau des contrats publics, (…) nous avons avancé mais notre objectif est d’arriver rapidement là-dessus d’ici la fin du mois de décembre. (…) On va continuer à travailler en collaboration, de façon à être toujours en avant de la parade. »


Visionnez l’intégralité des discours prononcés par MM. Béraud et Bédard sur Youtube.

Tagués avec : , , ,

À Québec, en mars dernier, Thibault Cohen, leader de pratique Supervision chez Savoir-faire Linux, présentait Shinken, la solution de supervision de systèmes parc informatique la plus intéressante, actuellement. Le fait que son code soit ouvert représente un avantage économique et technique majeur.

Reprenant la plupart des fonctionnalités de Nagios, qui se présente donc à juste titre comme le « standard » de l’industrie », Shinken affiche d’entrée de jeu d’impressionnantes caractéristiques dues à son architecture modulaire. Complètement réécrit en Python, un langage de programmation agile, robuste et puissant, il s’interface harmonieusement avec de nombreux logiciels tiers (interfaces graphiques, modules de gestion d’inventaire, de cartographie, de métrologie, générateurs de rapports, gestionnaires de tickets, etc.), ce qui le rend hautement personnalisable.

Comme nous l’expliquions dans le résumé du séminaire que nous donnions, ce jour-là, à la Vitrine technologique du Centre de services partagés du Québec, la supervision de systèmes est une fonction TI particulièrement critique qui s’inscrit aujourd’hui dans un environnement hétérogène et en mutation constante. Les administrateurs d’infrastructures informatiques composent désormais avec une grande diversité de plate-formes matérielles, classiques, mobiles ou embarquées, plusieurs systèmes d’exploitation et de nombreux logiciels libres et propriétaires, le tout dans un contexte de mises à jour, d’ajouts et de remplacements constants.

Le choix d’un logiciel de supervision à code ouvert et sous licence libre offre, dans ce contexte, d’immenses avantages. Cela permet bien entendu de maîtriser les coûts des montées en puissance ou des ajouts de nouveaux types de systèmes. Cela facilite surtout l’intégration de matériels non encore supportés. Outre le fait que Shinken est pleinement compatible avec Nagios et sa multitude de greffons, la communauté Shinken ne cesse de développer ses propres modules et de les partager.

Tagués avec : , ,

En septembre prochain, le CTO de Normation, Jonathan Clarke*, voyagera de Paris à Montréal pour y donner une formation modulaire de trois jours à CFEngine 3** chez Savoir-faire Linux. Jean Rémond, notre chef de pratique CFEngine, a récemment enregistré une discussion sur Google Hangouts avec lui. Jonathan lui donnait un aperçu du programme de cette formation conçue pour les administrateurs de systèmes sérieusement intéressés à prendre en main ce logiciel libre de gestion de configuration. La voici:

La vidéo est sous-titrée en français ➚  cc  ➚ English captions available

*À propos de l’instructeur

Jonathan Clarke a déjà formé des centaines de personnes et il est l’un des rares « CFEngine Champions » au monde. On peut le suivre sur twitter où il gazouille sous l’improbable pseudo @jooooooon42.

**À propos du logiciel

En résumé, CFEngine est un logiciel libre qui a pour objectif d’automatiser la gestion des configurations de parcs informatiques de grande envergure et de fournir une interface de gestion unifiée pour les serveurs, les postes de travail, les systèmes en réseau, les téléphones intelligents et les tablettes numériques. Son éditeur, qui est basé en Norvège, fait état de dizaines de millions de serveurs ainsi gérés dans plus de 100 pays, incluant ceux des plus grands organisations internationales. De grandes entreprises américaines font notamment appel au département Infrastructure de Savoir-faire Linux pour les aider à utiliser la puissance de cette solution.

Tagués avec : , , ,

Au cours des derniers mois, nous avons réalisé une importante intégration de portail Web pour Walter, un chef de file en technologies de traitements de surfaces qui fournit, depuis plus de 50 ans, toute une gamme de produits et solutions environnementales de haute performance à l’industrie du métal. Propulsé par Liferay, l’intranet multilingue de cette multinationale dessert des centaines d’employés et partenaires dans 7 pays et en cinq langues.

Écoutez César Strafile, qui a dirigé le projet, expliquer la problématique à laquelle l’entreprise faisait face et comment il évalue la solution déployée par Savoir-faire Linux.

La vidéo est sous-titrée en français ➚  cc Help us translate the captions!
Tagués avec : , ,

Vue partielle du séminaire openERP 2013 à Montréal

Voici les archives du séminaire OpenERP qui s’est tenu à Montréal le 5 juin 2013. Vous y trouverez les diapositives des présentations ainsi que les enregistrements vidéos des principaux temps forts de l’événement.

Diapositives

Vidéos

Lien vers la vidéo de la présentation de Germana Freitas
Germana Freitas (OpenERP) :
OpenERP Partnership Program

* Autre vidéos à venir sous peu

Informations complémentaires

Tagués avec : , , , ,

Pendant six ans, Keren Merimah a dirigé les projets Web de Sesame Workshop propulsés par le portail Web Liferay Portal en tant que cliente. Par la suite, elle rejoignit l’équipe Liferay à titre de Directrice de compte principale. C’est ce témoignage utilisateur très particulier qu’elle livrera à la conférence INTRACOM 2013 du Réseau ActionTI, la semaine prochaine, à Montreal. En prime, elle expliquera les bénéfices corporatifs attachés à Liferay Social Office, une extension à code ouvert qui permet d’intégrer à la vie quotidienne des entreprises des outils de collaboration puissants et simples à utiliser.

En tant que Partenaire Platine de Liferay, récipendaire de deux Liferay Community Excellence Awards, Savoir-faire Linux est fière de présenter ce court aperçu enregistré par Internet. Nous serons également présents sur le kiosque de Liferay pendant INTRACOM. Si jamais vous aimeriez nous y retrouver mais que vous n’avez pas encore acheté votre billet, envoyez-nous une note rapide et nous serons heureux de vous aider.

À propos de Keren Merimah

Keren MerimahKeren a rejoint Liferay en tant que directrice de compte principale pour les marchés du Nord-Est de l’Amérique et d’Israël en septembre 2012. Elle compte une douzaine d’années d’expérience diversifiée dans l’établissement d’alliances et partenariats stratégiques, la négociation de contrats fournisseurs, la gestion et le mentorat de grandes équipes de développement ainsi que de projets de grande envergure. Auparavant, Keren était vice-présidente associée, Projets techniques, de  Sesame Workshop, une organisation sans but lucratif vouée à l’éducation. À ce titre, elle fut responsable du lancement des sites web Sesamestreet.org et Sesameworkshop.org, propulsés par Liferay Portal, qui reçurent de nombreux prix.

Tagués avec : , , , , , , ,

Au Web à Québec, le mois dernier, nous avons rencontré Michaël Lessard, architecte principal chez Red Hat, afin de discuter notamment de la situation actuelle de Red Hat dans le monde et, plus particulièrement, au Québec. Avec un chiffre d’affaires qui dépasse largement le milliard de dollars et une distribution GNU/Linux détenant plus de 75% du marché des entreprises, le chef de file mondial des technologies informatiques ouvertes élargit sa gamme de produits et développe une offre de services s’appuyant sur un important réseau de partenaires. Ceux-ci apportent à ses clients un service de proximité et une garantie d’excellence locale qui crée de la valeur dans toutes les régions.

La vidéo est sous-titrée en français ➚  cc  ➚ Help create English captions here

Depuis quelques années, Savoir-faire Linux resserre d’ailleurs les liens qui l’unissent à Red Hat. Notre vice-président exécutif, Christophe Villemer, et Augusto Sosa Escalada, directeur de notre département Infrastructures, étaient à San Diego, en janvier dernier, pour participer à la conférence annuelle des partenaires nord-américains. Leur présence avait pour objectifs de renforcer la position de SFL comme partenaire avancé de Red Hat au Québec et au Canada et de rencontrer d’autres partenaires avec qui développer de nouvelles alliances stratégiques.

Red Hat Advanced Business Partner« Nous avons par exemple eu de très bonnes discussions avec les délégués de Netapp, un leaders des solutions de stockage, m’expliquait Augusto l’autre jour. Ils étaient aussi intéressés à explorer notre bassin de clientèle que nous l’étions à mieux connaitre leurs produits afin de pouvoir, au besoin, les recommander. Pour eux, Savoir-faire Linux est une référence recherchée (1). »

Dans moins de deux semaines, nous lancerons une série de sessions de travail matinales visant à promouvoir les technologies Red Hat auprès des organisations québécoises en leur permettant de mieux les connaître et de mieux les évaluer. Tout comme à San Diego, ce partage d’information n’a pas que des visées commerciales. Il s’agit de mettre des gens et des idées en contact afin de créer des synergies profitables au bien commun.

« Chez Red Hat, on parle d’une synergie qui produit de « l’innovation collaborative », explique Augusto Sosa Escalada. C’est là le fondement même des logiciels libres qui font tourner l’infrastructure de l’Internet dans le monde entier. Les gens ne se rendent pas toujours compte de l’ampleur extraordinaire de ce mouvement, mais je pense qu’ils le constateront très clairement d’ici à quelques années. Et Red Hat est l’une des grandes puissances de ce mouvement. »

RHNAPC 2013

Tagués avec : , , ,

Au terme de la troisième édition du Web à Québec, cette conférence communautaire annuelle qui rassemble l’ensemble de l’industrie Web de la région de Québec depuis 2011, Jonathan Parent, directeur général de l’évènement et stratège Web indépendant, explique ce que le « WAQ » a changé à Québec en compagnie d’Anick Tardif, directrice du bureau de Québec de Savoir-faire Linux et chargé de projets de notre studio Web, Savoir-faire Linux | L3i.

La vidéo est sous-titrée en français (Canada) ➚  cc 

« Ce qui a changé avec les années, explique Jonathan, c’est qu’un véritable esprit de « coopétition » s’est installé. Les gens ont compris qu’il y a, à Québec, un gros marché pour faire du Web et que tout le monde y a sa part. Si on se met ensemble pour faire grandir la tarte plutôt que de se chamailler pour les pointes, tout le monde y gagne. »

Côté entreprises, Anick Tardif témoigne de l’intérêt que cet événement représente : « En tant que « supporteur », donc partenaire qui vient chercher un peu de visibilité, on veut être présent, on veut partager, on tient à démontrer qu’on est en accord avec ces valeurs-là. » Au-delà de la promotion, c’est la faisabilité-même de l’évènement qu’il convient de soutenir, explique-t-elle, car « tout le monde a soif de savoir ce qui se passe ailleurs, de se mettre à jour, d’aller approfondir des compétences et en acquérir de nouvelles. »

Pistes

Tagués avec : , , , ,
Top