Mois : septembre 2005

Illustration: Dr Frankenstein et son robotCher aux barons de l’industrie et de la finance, le concept des brevets logiciels vient encore une fois de dĂ©montrer sa nuisance et son incongruĂŻtĂ©. Pour une fois, c’est Microsoft qui en fait les frais. L’empire de Seattle se retrouve en mauvaise posture judiciaire face Ă  la firme Eolas et Ă  l’UniversitĂ© de Californie, qui prĂ©tendent dĂ©tenir un brevet sur le Web interactif et les plugiciels Web. Microsoft Internet Explorer violerait donc ce brevet. Ă€ ce compte-lĂ , Firefox aussi, tout comme un grand nombre d’applications Web.

On ne peut nier qu’un inventeur dĂ©tient une certaine lĂ©gitimitĂ© sur son invention. Ceci dit, quand cette lĂ©gitimitĂ© en arrive Ă  gĂ©nĂ©rer des compensations judiciaires de 512 millions de dollars US (excusez du peu!) sur la foi d’une preuve contenue dans une application gratuite, il y a une marge pathologique. Le système des brevets a Ă©tĂ© mis sur pied, parait-il, afin de protĂ©ger l’innovation. Ă€ y regarder de plus près, j’ai plutĂ´t l’impression qu’il est lĂ  pour favoriser l’enrichissement extrĂŞme d’un cercle restreint d’ĂŞtres humains, quitte Ă  freiner la diffusion de l’innovation dans les couches moins favorisĂ©es de la population mondiale.

L’autre jour, un chauffeur de taxi dĂ©moralisĂ© par la crise pĂ©trolière m’a sorti ceci : « Tout a un prix en ce bas monde, mon cher Monsieur — absolument tout, sauf la vie humaine. » Une phrase comme celle-lĂ , il faudrait la breveter !

On peut toujours rĂŞver!J’ai caressĂ© ce rĂŞve insensĂ© pendant plus de trois mois : 60 semaines en Antarctique Ă  bord d’un voilier bourrĂ© d’instruments scientifiques et mĂ©diatiques, aux commandes d’un modem satellite et d’un site Web traitant de nature, de conscience planĂ©taire et d’environnement. Malheureusement, j’ai dĂ» mettre fin Ă  ma part de ce rĂŞve il y a deux mois. Plus fous que moi, d’autres ont pris le relais et tenteront de vous faire partager en temps rĂ©el, via Internet, leur fascinante aventure. Il me reste quelques regrets, bien sĂ»r, mais aussi le goĂ»t d’une revanche Ă  prendre sur le destin.

» Plus de dĂ©tails dans l’ambivalent reportage de L’ActualitĂ©.

VidĂ©o qu'on fait rance!Le concept de vidĂ©oconfĂ©rence entre MontrĂ©al et QuĂ©bec a lĂ©gèrement modifiĂ© la donne des rĂ©unions mensuelles de W3QC. Cela cause Ă©videmment quelques petits problèmes techniques qu’il faudra bien apprendre Ă  surmonter encore, tant bien que mal, dans quelques jours. Pour donner raison Ă  Karl Dubost, qui affirme que tout peut ĂŞtre normalisĂ©, je propose d’instaurer un mĂ©talangage XML permettant de baliser correctement le dĂ©roulement des rĂ©unions.

Je travaille dĂ©jĂ  lĂ -dessus depuis trois semaines. Après mĂ»res dĂ©cantations, j’en suis Ă  la version 0.72. Deux balises centrales, <confĂ©rence> et <questions>, y sont en relation comme suit : la première doit obligatoirement prĂ©cĂ©der la seconde et ne peut en ĂŞtre le parent. Simple et efficace, non? Sans cette règle, c’est le foutoir et ceux qui sont Ă  l’autre bout de la fibre n’entendent rien. Avec un peu de discipline, les choses sont plus claires et la transmission l’est aussi.

<?xml version="1.0" encoding="ISO-8859-1" ?>
<reunion_mensuelle>
  <videoconference>
    <ordre_du_jour>
        <discours />
        <discussion />
        <vote />
        <conference>
           <enregistrement>
              <presentation>
                 <diaposuivante />
              </presentation>
           </enregistrement>
        </conference>
        <questions />
        <discours />
        <discussion />
        <vote />
    </ordre_du_jour>
  </videoconference>
  <blablabla />
  <restaubar />
</reunion_mensuelle>

Évidemment, ceci est une proposition qui ne demande qu’Ă  ĂŞtre bonifiĂ©e par un groupe de travail haddock. En parlant de poisson, avez-vous remarquĂ© la balise de clĂ´ture ? Le W3QC gagnerait Ă  reprendre Ă  son compte, de temps en temps, cette joyeuse tradition des fins de soirĂ©es technomontrĂ©alaises. Cette fois-ci sera-t-elle la bonne? Connaissant Marc Laporte, le confĂ©rencier du mois, on ne peut en douter 🙂

Top