Mois : avril 2006

Je n’ai guère le temps de dĂ©velopper mon site web — problème classique chez les travailleurs autonomes en phase de dĂ©marrage. Les minutes de mes journĂ©es sont partagĂ©es entre mes activitĂ©s de soutien pour le RISQ, de dĂ©veloppement de contenus presse pour Porter Novelli et l’organisation de deux confĂ©rences et un sĂ©minaire. Ouf!

RISQ 2005Depuis janvier, je collabore notamment de près Ă  l’organisation de la ConfĂ©rence sur les logiciels libres dans les administrations publiques (CLLAP 2006) qui aura lieu les 23 et 24 mai, Ă  QuĂ©bec. Mon rĂ´le consiste, entre autres, Ă  superviser le comitĂ© d’organisation logistique, Ă  rĂ©server les billets d’avion et l’hĂ©bergement des confĂ©renciers et Ă  maintenir Ă  jour le site Web de la confĂ©rence. Parallèlement, je donne un coup de main Ă  Richard Labrie, membre du ComitĂ© de pilotage technologique de l’UniversitĂ© du QuĂ©bec, afin d’organiser, dĂ©but juin, un sĂ©minaire privĂ© d’une journĂ©e sur le mĂŞme sujet.

Ces jours-ci, je vais Ă©galement lancer le plan de commandite et l’appel Ă  communication de RISQ 2006, le colloque annuel du RISQ, tout en dĂ©veloppant le site Web de cet Ă©vĂ©nement dont j’assume l’organisation logistique depuis trois ans. Bref, les minutes resteront vraisemblablement comptĂ©es jusqu’Ă  dĂ©but juin. Stay tuned!


Ce billet a été publiée le 19 mars 2006 sur economielogique.com et transféré ici le 15 mars 2009, en prévision de la fermeture prochaine de mon ancien site corporatif.
Tagués avec :

Oiseau faisant son nid

Comme de nombreux rĂ©sidents du QuĂ©bec, je suis rĂ©cemment passĂ© Ă  la tĂ©lĂ©phonie IP et j’ai pris un numĂ©ro chez Babytel. J’ai voulu acheter un routeur «voix-sur-IP» (VoIP) sans fil Ă  ce fournisseur, mais l’interface de configuration tĂ©lĂ©phonique du boĂ®tier Linksys qu’il revend est verrouillĂ©e. Lui seul peut procĂ©der Ă  cette configuration. Ce n’est pas sa dĂ©cision, parait-il, mais celle de Linksys, qui impose un reseller agreement explicite Ă  cet Ă©gard : interdiction de laisser au client le contrĂ´le de son service de voix. VĂ©rification faite, au QuĂ©bec, sur le marchĂ© grand public, on ne peut acheter de routeur WAN/VoIP Linksys que dans le cadre d’une offre incluant le service et sans pouvoir en changer par la suite — Ă  moins de jouer les Robin-des-voix.

ConsĂ©quence première: si, demain, je voulais profiter d’une offre concurrente, je ne pourrais le faire sans acheter un autre routeur (comme au bon vieux temps des technologies propriĂ©taires du modem 1X de Bell), perdant ainsi mon premier investissement. Il est Ă©videmment stupide de payer un Ă©quipement qui vous rend dĂ©pendant d’un seul fournisseur.

Deuxième consĂ©quence : j’achète une pièce d’Ă©quipement qui comporte d’emblĂ©e une porte dĂ©robĂ©e Ă  l’usage de mon fournisseur de service et dont je suis en droit de me demander jusqu’Ă  quel point elle ne constitue pas une brèche de sĂ©curitĂ© majeure dans mon rĂ©seau local. VoilĂ  qui est très inquiĂ©tant, comme nous allons le voir plus loin.

Car ce qui est plus inquiĂ©tant encore, c’est que, depuis 2003, Linksys appartient Ă  Cisco Systems. Or, Cisco Ă©quipe les centres rĂ©seaux d’un grand nombre de compagnies de tĂ©lĂ©communication de ses Ă©quipements. Avec Linksys, elle contrĂ´le maintenant le point d’entrĂ©e des clients en bout de ligne et jusqu’Ă  leur rĂ©seau local privĂ©. En imposant des politiques restrictives Ă  ses revendeurs indĂ©pendants, elle les Ă©duque Ă  ce que sera demain l’ordre Ă©tabli de l’Internet commercial : tout le contrĂ´le au centre, un simple droit d’usage Ă  pĂ©age en pĂ©riphĂ©rie (1). C’est toute l’architecture philosophique d’Internet, fondĂ©e sur un rĂ©seau stupide et des clients intelligents, qui s’en trouve renversĂ©e.

Lorsque j’ai Ă©crit au service Ă  la clientèle de Cisco pour qu’on me dise de quelle façon je pourrais me procurer un routeur WRT54GP2-NA (NA signifiant « dĂ©barré ») pour mon usage personnel, quel que soit le fournisseur de tĂ©lĂ©phonie IP que je choisisse, j’ai reçu cette rĂ©ponse:

The NA products requires special authorization to resell. That’s why you will not see it in a retail store. Here’s a link to a reseller where you can find an open source Linksys wireless voice router: http://www.voipsupply.com/product_info.php?&products_id=1628

C’est drĂ´le, ce n’est pas moi qui ai mentionnĂ© le terme d’open source. Comme si les seules personnes rĂ©clamant un routeur indĂ©pendant de toute offre de service Ă©taient celles qui veulent exploiter leurs propres services SIP. Il faudrait donc trouver une façon bien camouflĂ©e de les amadouer en laissant un seul modèle « neutre » accessible dans une obscure boutique spĂ©cialisĂ©e.

Pour conclure, je me suis trouvĂ© bien smart de commander une boĂ®te non verrouillĂ©e du fabricant Sipura, modèle que distribue notamment le fournisseur canadien Acanac. Manque de pot, j’ai appris depuis que Sipura a Ă©tĂ© rachetĂ©e l’an dernier par Linksys, elle-mĂŞme propriĂ©tĂ© de Cisco . Je peux encore utiliser ma boĂ®te comme je l’entends, mais pour combien de temps?

Plus Cisco fait son nid, plus le mien bat de l’aile.

—–
(1) Voir, Ă  ce sujet, Hijacking the Internet, par Jeff Chester via Center for Digital Democracy [retour au texte]

Photo: code-barre imprimé dans la nuque

Très inquiĂ©tant, cet article, paru dans le dernier numĂ©ro d’ITWorldCanada, sur la technologie RFID (Radio Frequency IDentification). S’il ne fait pas attention, le genre humain va, encore une fois, enfanter un monstre qui le mettra salement en danger.

Imaginez que votre employeur pourrait vous injecter, dans le bras, une puce Ă©lectronique de la taille d’un grain de riz contenant la clĂ© qui vous permet d’entrer dans votre bureau le matin. Non, ce n’est pas de la science-fiction. C’est VeriGUARD, un produit bien rĂ©el mais dont, j’espère, vous n’entendrez plus jamais parler! Son fabricant offre Ă©galement, dans sa boĂ®te de Pandore, VeriMED, la puce Ă  injecter dans le bras des patients d’hĂ´pital, et Hugs, la laisse Ă©lectronique des nouveau-nĂ©s.

Si le sujet vous intéresse :

  • Article de l’ami Nelson sur RFID et vidĂ©opodcast sur les solutions de Cactus Commerce, une entreprise proche de Microsoft basĂ©e Ă  Ottawa.
  • On the identity trail, groupe de recherche interdisciplinaire sur les technologies et les politiques reliĂ©es Ă  la gestion de l’identitĂ©.
  • The identity corner, carnet du Dr. Stefan Brand (prof adjoint Ă  McGill University et prĂ©sident de Credentica) sur tout ce qui se rapporte Ă  la gestion numĂ©rique de l’identitĂ© et, notamment, au RFID.
Top