Avenir énergétique et démocratie

Dépôt d'un bulletin de vote dans une cheminée nucléaire

Des chercheurs anglais viennent de réaliser un bel exercice de transparence démocratique en interrogeant leurs concitoyens sur l’avenir énergétique du pays. Une écrasante majorité (94 %) de Britanniques s’entend pour dire qu’il faut absolument trouver des solutions à la crise climatique entraînée par la surconsommation d’énergies polluantes. La réduction de cette consommation (69 %), l’utilisation accrue d’énergies renouvelables (68 %) et l’avènement de technologies plus efficaces au plan énergétique (54 %) figurent parmi les solutions largement plébiscitées.

En revanche, le remplacement des centrales atomiques arrivant bientôt en fin de vie oppose 34 % de pour à la même proportion de contre. Pour les chercheurs, cela signifie que les politiciens ne peuvent pas s’engager dans cette voie-là sans se préoccuper d’abord de la fracture potentielle qu’ils créeraient ainsi dans l’opinion. Il faudra obtenir, par l’information ou la mise en place de garde-fous acceptables, l’adhésion d’une plus grande frange de la population, tout en réduisant le carré des opposants au nucléaire.

Tout un défi pour les collègues de Tony Blair ! Grâce à l’étude des chercheurs de la University of East Anglia, ils ne pourront pas dire qu’ils n’ont pas été avertis.

Cette étude a été cofinancée par le Leverhulme Trust (un fonds philantropique de financement de la recherche), le Economic and Social Research Council (une agence publique qui fait la même chose) et le Tyndall Centre for Climate Change Research (un groupe de réflexion pluridisciplinaire sur les changements climatiques).

Publié dans amicalmant.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Archives

Dernières vidéos

Winter is coming

Une vision citoyenne des lieux de culte à Outremont

Unifier mondes sémantique et non sémantique