Mois : septembre 2004

La soci√©t√© des loisirsApr√®s la soci√©t√© de consommation, viendrait la soci√©t√© des loisirs. Vous vous souvenez? C’√©tait vers la fin des ann√©es 80. Un vent d’optimisme arborant le sourire √©clatant de Ronal McReagan nous promettait des lendemains qui allaient chanter le calme, le luxe, la volupt√©. Quinze ans apr√®s, on trime toujours comme des boeufs. M√™me que cela empire, la pression taureaumachique affectant de plus en plus le troupeau.

Pourtant, je ne me plains pas. Je travaille au moins 45 heures par semaine (pay√© 35), mais j’aime √ßa. La plupart des mes loisirs sont d’ailleurs consacr√©s √† des activit√©s ¬ę¬†para-laborieuses¬†¬Ľ, ce qui fait qu’en fait je travaille directement ou indirectement un bon 60 heures — et plus, vous dirait ma conjointe. Il faut dire que les r√©seaux d’ordinateurs constituent une drogue dure et que j’en suis accroc. Je ne fais plus tr√®s bien la diff√©rence entre travail, formation et d√©tente.

Mes ¬ę¬†ordis¬†¬Ľ sont les plan√®tes d’un univers virtuel dans lequel je gravite en √©tat d’apesanteur sociale. Mon portable, par exemple, est √† la fois un bureau mobile, un atelier de formation, une cha√ģne Hi-Fi, un laboratoire photo, une table de montage, une bo√ģte √† souvenir, un cin√©ma-maison, une salle de presse, un salon de th√© virtuel, un t√©l√©phone, un visiophone, un bureau de poste, un journal ¬ę¬†extime¬†¬Ľ et un raton laveur. Reste que je ne trouve pas sa voix particuli√®rement attrayante, que je lui parle d’ailleurs tr√®s peu et que nos rapports n’ont rien d’empathique.

J’ai bien entendu dot√© ma conjointe — signe h√©las! trop ext√©rieur de mon restant d’humanit√© — d’un fringuant ¬ę¬†desktop¬†¬Ľ √† √©cran plat que je bichonne comme une d√©capotable et gr√Ęce auquel je change √† l’occasion ma tendinite de place. Les habitants des Gona√Įves cr√®vent sous la boue, mais ma fille de 11 ans a son PC itou. Pour ces deux ¬ę¬†femmes dans ma vie¬†¬Ľ, il s’agit l√†, bien s√Ľr, d’objets utiles et agr√©ables, mais aussi ‚ÄĒ et surtout ‚ÄĒ des alibis douteux de mon √©vanescence.

Pour couronner le tout, j’√©l√®ve avec passion un serveur Web multit√Ęche (routeur, pare-feu, passerelle, bo√ģte √† lettres, engin de publication, entrep√īt de donn√©es, alouette) qui me r√©compense chaque semaine par des heures de plaisir. Ensemble, nous partons √† la p√™che √† la ligne de commande. Quand les programmes mordent √† l’hame√ßon, je suis heureux comme un ourson.

Voil√† donc ce qu’est pour moi la soci√©t√© des loisirs : un environnement de travail dont le m√©dium est devenu le message, duquel je suis totalement d√©pendant et auquel j’abandonne, avec une volupt√© toute suicidaire, les sph√®res intimes de mon existence — y compris et surtout celle des loisirs. Je ne suis pas malheureux, bien au contraire. Je pourrais continuer √† m’amuser ainsi jusqu’√† l’√©puisement.

Heureusement, tout le monde n’est pas comme moi. Nombreux sont celles et ceux qui trouvent ce genre de comportement ex√©crable. Je les comprend, mais je ne puis √™tre tout √† fait d’accord avec eux. Ma conjointe affirme que cette d√©rive artificielle n’aide pas √† combattre l’√©rosion naturelle qui affecte sournoisement notre relation conjugale. Elle a raison. Sa propension √† conjuguer celle-ci au mode passif fait cependant que je ne me sens pas trop coupable.

Et puis d’un autre c√īt√©, n’oublions pas que Dame Nature n’est pas tendre envers les humains. Elle n’a pas pour souci de nous rendre meilleurs, mais de maintenir les √©quilibres aveugles et cruels qui la r√©gissent. En confondant loisir et travail, en virtualisant nos humaines passions, elle accomplit une oeuvre obscure mais salutaire. La soci√©t√© du travail-loisir-ordi est certes une plaie sociale, mais elle produit bien moins de surpopulation et de larmes que son anc√™tre, travail-famille-patrie.

NB – Ce texte est √©videmment pure fiction. Toute ressemblance avec un couple existant ou d√©j√† s√©par√© serait absolument fort cuite et totalement inacceptable. ūüėČ

SOS! Ha√Įti coule!D’accord. Ce titre est un peu exag√©r√© et j’en conviens. N’emp√™che que ce qu’il recouvre est vrai. Sous l’effet de l’industrialisation √† outrance et de la propension des citoyens ¬ę¬†riches¬†¬Ľ de ce monde √† se payer la traite au gaz √† effet de serre, le climat se d√©r√®gle bel et bien et ce sont les pauvres qui trinquent en premier.

R√©sultat : huit tornades psychopathes ont ravag√© les Antilles en moins de deux mois et l’√ģle la plus pauvre de la plan√®te vient encore une fois d’en prendre pour son sans-grade.

Certes, le Sud des √Čtats-Unis a √©galement bu la tasse. Celle-ci fut cependant beaucoup moins dure √† avaler, et l√† encore ce sont les masures des plus pauvres qui se sont √©croul√©es. Pendant ce temps, les ¬ę¬†riches¬†¬Ľ pavoisaient √† l’ONU, filaient pied au plancher vers le nord √† bord de leurs VTT/SUV √† quatre roues motrices et douze carburateurs, histoire de mieux gaspiller le p√©trole acquis au prix du sang en Irak.

Bien s√Ľr, il y a des causes locales qui expliquent l’ampleur du d√©sastre, comme l’abattage des for√™ts qui ont rendu les sols d’Ha√Įti plus vuln√©rables que ceux de l’Alabama. Cela n’exon√®re cependant pas mon char de sa responsabilit√©.

Ici, aujourd’hui, on faisait du v√©lo et du hockey sur rue. √áa doit leur faire une belle jambe, l√†-bas.

Pauvres Afghans! Il est dommage pour eux que Baby Bush, le fin strat√®ge de la Quatri√®me Guerre Mondiale, n’ait pas retenu cette le√ßon ch√®rement apprise¬†: ¬ę¬†Si tu es invincible sur un front, assure-toi de compl√©ter totalement ta victoire avant d’en ouvrir un second.¬†¬Ľ (Amicus Calmanus, ¬©2004)

  • Le second frontNapol√©on √©tait victorieux en Europe de l’Ouest lorsque, soudain, il d√©cida de s’attaquer √† l’Empereur de Russie. Mal lui en prit. Ce fut le d√©but de sa d√©gringolade jusqu’√† l’Ile d’Elbe. La plus puissante arm√©e de l’histoire √©tait vaincue.
  • Hitler avait √©galement √©cras√© l’Europe de l’Ouest lorsqu’il se retourna contre l’Union Sovi√©tique dont il esp√©rait ne faire qu’une (grosse) bouch√©e. Mais en r√©alit√©, elle fut si dure √† avaler que ses soldats durent reculer en rangs d√©sordonn√©es jusqu’√† Berlin. Ce faisant, le front occidental √©tait tellement d√©garni que les Alli√©s y p√©n√©tr√®rent aussi facilement que dans de la cervelle d’agneau. La plus puissante arm√©e de l’histoire √©tait vaincue.

Rumsfeld et les joueurs d’√©checs du Pentagone ne sont pas tr√®s dou√©s en Histoire, visiblement. S’ils avaient concentr√© leurs pi√®ces ma√ģtresses en Afghanistan au lieu de les d√©placer en Irak, ils auraient pu √©pargner aux pions afghans bien des d√©sagr√©ments. Ils auraient aussi remport√© une victoire √† long terme contre le terrorisme, qu’ils n’ont fait pour l’instant qu’empirer. Enfin, ils auraient apport√© un peu plus d’espoir et de dignit√© √† tous les musulmans, ce qui constitue probablement la cl√© du probl√®me ayant men√© aux √©v√©nements du 11 septembre 2001.

Au lieu de cela, ils ont nourri la haine √† l’√©touffer. Sale histoire dont nul ne peut pr√©voir la fin.

Alors voil√†, c’est fait. La vente et la possession d’armes de guerre semi-automatiques sont de nouveau autoris√©es aux √Čtats-Unis, bien que la moindre graine de marijuana y soit toujours prohib√©e. Sous la puissante pression de la NRA, la majorit√© r√©publicaine au Congr√®s a renvers√© all√®grement la loi contre les armes d’assaut impos√©e par le gouvernement Clinton. Il parait pourtant que le pr√©sident Bush √©tait contre ce retour en arri√®re. Mais alors, qu’a-t-il bien pu se passer¬†? C’est pourtant pas compliqu√© √† comprendre.

  • Une cible autrement plus facile.A – Vous vous souvenez probablement de ce film de Michael Moore sur la tuerie de Columbine. On y d√©couvrait notamment les tendances fascisantes du cowboy en technicolor et grand patron de la National Rifle Association, Charlton Heston. Juste avant, la direction de Wall Mart annon√ßait qu’elle retirait de ses magasins les cartouches d’armes √† feu qui avaient caus√© le d√©c√®s de 15 √©tudiants ‚ÄĒ sans compter les bless√©s.
  • B – Le m√™me Moore s’illustrait de nouveau aux C√©sars r√©cemment avec son film anti-Bush, Farenheit 9/11. Or, chacun sait que Baby Bush est le champion mondial toutes cat√©gorie de la revanche qui se mange congel√©e. Il aura ainsi patient√© plus de dix ans avant de venger Papa Bush en faisant de l’Irak un champ de ruines et en coin√ßant Saddam Hussein. Il lui faudra peut-√™tre encore dix ans pour coincer Ben Laden. Michael Moore est une cible autrement plus facile, si je puis dire.
  • A + B = C – De l√† √† asimiler l’annulation du bannissement des armes d’assaut √† un acte de vengeance conjugu√© de Baby Bush et Charl’Heston contre Big Mike, il n’y a qu’un pas que je franchis all√®grement. Disons √† tout le moins que le ressentiment des conservateurs am√©ricains envers Michael Moore est tel qu’il leur a facilit√© la t√Ęche face √† cette abolition controvers√©e. Quels que fussent les arguments de leurs opposants d√©mocrates et pacifistes, la face honnie du documentariste-acteur les aura balay√©es.

¬ę¬†Si vis pacem, para bellum ¬Ľ, disaient ces fous de Romains. Si la maxime est vraie, alors la violence baissera peut-√™tre aux √Čtats-Unis au cours des prochains mois. Entre nous et moi, j’en doute mais je me console un peu en me r√©p√©tant que, de toutes mani√®res, cette loi avait fort peu de dents.

Laptop ou desktop?Est-ce un ordinateur portable ou de bureau ? Mystère. Le nouveau iMac G5 est un objet futuriste qui tient en fait des deux. Un ordi de table complet dans un simple écran plat. Réseau sans fil, clavier sans fil, souris sans queue. Puissance extrême(ment compacte) et design épuré. Le tout sur MacOS X, une excellente version du système UNIX.

Dialogue de sourdsC’est √©trange. Le Canada et les √Čtats-Unis n’ont pas un comportement sym√©trique en mati√®re de s√©curit√©.

1 – Crise de la vache folle
D√®s que le premier cas d’enc√©phalopathie spongiforme bovine (ESB) a √©t√© d√©clar√© en Alberta en mai 2003, les √Čtats-Unis ferm√®rent leurs fronti√®res aux exportations de bovins canadiens. Les choses ne s’arrang√®rent pas lorsqu’une vache folle d’origine albertaine fut d√©couverte l’hiver dernier (devinez o√Ļ?) dans l’√Čtat de Washington. Vigoureusement contest√© par les √©leveurs canadiens, l’embargo am√©ricain sur le boeuf canadien est toujours en vigueur. Cette situation est tr√®s regrettable puisque¬†:

  1. Il s’agissait d’incidents isol√©s et hors de contr√īle;
  2. De vigoureuses mesures de sécurité furent prises;
  3. Il n’y eut pas de r√©cidives connues depuis lors.

2 – Crise du 11 septembre 2001
D√®s qu’un avion percuta l’une des tours jumelles du World Trade Center, ce matin-l√†, le Canada se mit en √©tat d’alerte. Les choses ne s’arrang√®rent pas lorsqu’un second avion atteint sa cible, puis un troisi√®me √† Washington. Quelques dizaines d’heures plus tard, le trafic a√©rien reprenait normalement entre les deux pays. Cette d√©cision √©tait tr√®s acceptable puisque¬†:

  1. Il s’agissait d’incidents isol√©s et hors de contr√īle;
  2. De vigoureuses mesures de sécurité furent prises;
  3. Il n’y eut pas de r√©cidives connues depuis lors.

Si le Canada avait suivi dans cette affaire la m√™me logique que les √Čtats-Unis dans celle de l’ESB, il aurait logiquement d√Ľ d√©cr√©ter un embargo sur tous les vols en provenance des √Čtats-Unis et le maintenir pendant des lustres sous pr√©texte que le danger n’est toujours pas totalement √©cart√©. Apr√®s tout, nous avons un voisin √† haut risque dont la politique √©trang√®re n’est pas un mod√®le de tranquilit√© et qui en fait voir de toutes les couleurs √† ses propres citoyens.

¬Ľ Plus de d√©tails sur la maladie de la vache folle au Canada.
¬Ľ Plus de d√©tails sur le terrorisme a√©rien aux √Čtats-Unis.
¬Ľ Plus de d√©tails sur les diff√©rents sophismes.
¬Ľ Y compris ceux de nos amers amis r√©publicains.

Pingouin migrateur Pas facile de transf√©rer ses sites Web dynamiques d’un serveur Linux √† un autre quand on n’est pas expert en la mati√®re! J’ai eu (et j’ai encore!) bien des probl√®mes, mais peu √† peu, je crois que je vais y arriver.

* Mon nouveau serveur est un petit Axentra qui vient avec tout un syst√®me de gestion des applications int√©gr√©. √Čvidemment, je dois greffer l√†-dessus mes donn√©es PHP/MySQL d√©velopp√©es sous Mandrake, ce qui n’est pas √©vident. Au d√©but, je perdais toutes mes bases de donn√©es √† chaque red√©marrage du serveur! ūüôĀ

* J’ai eu quelques difficult√©s avec Apache, dont les fichiers de configuration ont √©t√© sensiblement modifi√©s par Axentra. Heureusement que j’ai trouv√© le convertisseur ASCII √† UTF-8 de Parrallel Graphics, sinon j’aurais pass√© des heures √† modifier le codage de tous mes posts!

Sur ce, bonne semaine et astalavista! ūüôā

Top