Détournement de mineurs

Je savais que les as du marketing prêts à tout pour embrigader les enfants dans le troupeau des esclaves de la pub dès le plus jeune âge, mais là, franchement, ils se surpassent.

La chaîne de télé pour enfants Vrak TV organise cet automne un concours d’Halloween invitant nos chères têtes blondes à « écoutez VRAK.TV entre 16h et 21h pour repérer les 4 indices qui formeront la phrase gagnante » Il doit s’agir des indices d’écoute, probablement.

Je savais les as du marketing prêts à tout pour embrigader les enfants dans le troupeau des esclaves de la pub dès le plus jeune âge, mais là, franchement, ils se surpassent. Lisez un peu ça :

« Pour une fois cette année, ne courez pas après les bonbons! VRAK.TV vous propose de rester chez vous avec vos amis pour fêter l’Halloween… et courir la chance que les bonbons viennent d’eux-mêmes. Oui, oui! Un camion bien rempli pourrait s’arrêter chez vous! Vous n’aurez donc pas à faire le tour de votre quartier, de votre ville ou de votre village pour avoir des bonbons, juste ouvrir la porte du camion! »

Méchants malades!

Ce n’est déjà pas facile en temps normal de décoller nos enfants de Vrak TV, dont le bombardement télévisuel est habilement conçu pour leur vider le cerveau tout en leur promettant une émission encore plus vide — et donc d’autant plus excitante — dans 30 minutes. Voilà qu’on veut les y coller à la Crazy Glue que représente un camion de bonbons au complet ! Comme récompense suprême, ils auront le droit de ne pas fêter Halloween au sein de leur communauté, de ne pas respirer l’air de la rue, de ne pas interagir avec les autres, mais de plutôt rester bien sagement devant la télé à s’empiffrer.

Organisé par Les Chaînes Télé Astral (CTA), ce concours ahurissant est réservé aux résidents du Québec âgés de moins de 17 ans, « à l’exception des employés, agents et/ou représentants de CTA ». Inhérente à tout concours du même genre, cette exception prend ici un sens particulier : les enfants des employés de CTA feront peut-être mieux leurs devoirs, communiqueront plus avec leurs familles et liront au lit plus longtemps que les autres.

Je ne sais pas ce que d’autres parents en pensent, mais il me semble que les concours ciblant les moins de 17 ans ne devraient jamais comporter de clause addictive les incitant, par exemple, à regarder une chaîne de télévision pendant des heures en plein début d’année scolaire. Tant qu’à y être, pouquoi ne pas installer des machines à sous dans les écoles et y vendre de la bière pour enfants à teneur réduite en alcool ?

Désolé pour les copines qui ont envoyé à ma fille une invitation à participer à ce détournement de mineurs. Le marketing viral appliqué aux enfants est une nuisance amorale que je ne prends pas. J’en ai discuté avec ma fille et elle s’est gentiment laissée convaincre de ne pas se faire avoir par un mirage sucré ayant comme objectif d’augmenter les cotes d’écoute des pros du décrochage scolaire.

De là à ce que Vrak TV soit banni de mon foyer, il n’y a qu’un pas que seules l’intelligence et la tempérance de ma fille peuvent encore arrêter. Pour l’instant, elle semble tenir le coup. Je croise les doigts.

Des cochons et des hommes

Québécois, mes amis, vous devriez peut-être songer à la mettre en veilleuse. Encore un ou deux coups fumants comme celui-là, et je vous fiche ma chronique que Baby Bush va envahir votre beau Québec sous prétexte de

Otage porcinWashington s’en prend aux porcs canadiens. Il s’agit d’une décision inique et stupide, à en croire non seulement les intéressés, mais également certaines associations de producteurs porcins américains. Elle risque en effet de se retourner contre eux qui achètent actuellement, à leurs portes et à bon prix, de jeunes porcs canadiens pour mieux les engraisser. L’obésité, après tout, c’est plus leur truc que le nôtre.

Alors, comment expliquer une si mauvaise décision? D’après moi, c’est très simple :

  1. Le Québec exporte la moitié de sa production porcine, soit près de 40% des exportations canadiennes de viande de porc, une manne de 835 millions $ en 2002;
  2. Le Québec parle, chante, écrit, blogue et élève ses cochons en français;
  3. Ces cochons de Français sont mal vus à Washington depuis qu’ils ont mené le bal contre l’invasion américaine illégale de l’Irak;
  4. Jean Chrétien a lui aussi refusé d’envoyer ses citoyens se faire « kamikaser » en Irak. Encore un francophone — du genre vache mexicaine, mais tout de même.
  5. Comble de l’arrogance, ce cochon de quotidien La Presse serait à l’origine d’une vaste enquête d’opinion mondiale réalisée par neuf grands journaux (dont Le Monde) exprimant fort bien le rejet mondial de George Bush, de ses hommes de main et de leur politique du pire.

Après un coup bas comme celui-là, il était inévitable que la revanche soit terrible : « Ces porcs de Québécois n’entreront plus chez nous! » a dû dire Richard Pearle qui dit souvent n’importe quoi. Et Baby Bush, qui comprend tout de travers, de répéter: « Ces porcs Québécois n’entreront plus chez nous! » Et les juges américains ultra-conservateurs nommés par Baby Bush de traduire en jésuite : « Ces porcs canadiens seront interdits d’importation chez nous! » Et voilà comment on se retrouve aujourd’hui dans le purin.

Québécois, mes amis, si vous ne voulez pas finir à Guantanamo, vous devriez peut-être la mettre un peu en veilleuse. Encore un ou deux coups fumants comme celui-là, et je vous fiche ma chronique que Baby Bush va envahir votre beau Québec sous prétexte d’apporter liberté, dignité et démocratie à Kanesatake. Que l’opération ait pour objectif réel ou non de faire main basse sur vos gisements hydro-électriques et vos champs de marijuana, c’est tellement secondaire que personne n’en parlera.

Enfin, personne sauf bien sûr ces grandes gueules de Français ;->

Passage au puit réussi !

J’ai procédé à la mise à jour de WordPress en 20 minutes environ : 2’18 » pour le changement de moteur et 17’42 » secondes pour la réinstallation de la carosserie.

Matthew Mullenweg a annoncé ce matin la sortie de WordPress 1.2.1, la toute dernière version du moteur dynamique de la page Web que vous venez de télécharger. J’ai procédé ce soir à cette mise à jour de sécurité qui s’est déroulée sans problème, en 20 minutes environ : deux minutes 18 secondes pour le changement de moteur et 17 minutes 42 secondes pour la réinstallation de la carosserie (mise en page et personnalisation).

Encore un passage au puit réussi pour l’Écurie WordPress. J’en connais une, chez MT, qui va en saliver d’envie. 😉

L'in(ter)dépendance en réseau

Le paradigme des réseaux ne se limite pas qu’à la circulation de l’information numérique. Au cours du XXIème siècle, il s’appliquera à tous les aspects de notre vie sociale et matérielle.

Chaîne énergétiqueJ’ai vu un passionnant reportage au Point, ce soir (de 30 à 50 mn), sur l’autosuffisance énergétique. Il y était notamment question de « production d’énergie distribuée » au moyen de toits solaires.

Le principe est simple : chaque maison produit son électricité grâce à ses installations propres, puisant tantôt l’indispensable complément sur le réseau public, y envoyant tantôt ses surplus qui seront consommés par d’autres. Bref, c’est l’indépendance énergétique par la production décentralisée et l’échange de pair à pair en réseau.

Un ingénieur de la Ville de Montréal affirme que si chaque habitation pouvait être équipée adéquatement, la métropole serait en mesure de produire autant d’électricité qu’un grand barrage de la Baie James — sans entraîner les coûts écologiques et économiques d’un réseau de distribution s’étirant sur des milliers de kilomètres. Dans dix ans, le prix de cette technologie aura tellement baissé — et celui des sources d’énergie actuelles tellement augmenté ! — que l’opération deivendra plus que rentable : incontournable.

Cette vision énergétique très séduisante fait immédiatement penser à Internet — l’information de pair à pair en réseau — et à l’informatique distribuée — Grid Computing, ou la puissance de calcul de pair à pair en réseau. Elle illustre aussi quelques principes simples qui illuminent à la fois notre époque et notre avenir.

  1. Les humains sont à la fois autonomes et interdépendants;
  2. Les ressources distribuées sont moins vulnérables et globalement plus efficaces que les ressources centralisées;
  3. La richesse devrait être, par nature comme par nécessité, un bien distribué, et non pas le privilège d’une élite restreinte;

Bref, le paradigme des réseaux est loin de se limiter à la circulation de l’information numérique. Au cours du XXIème siècle, il s’appliquera à tous les aspects de notre vie sociale et matérielle. C’est même, à mon sens, l’une des conditions essentielles de la survie de notre espèce.

Dear American People…

Nobody on Earth needs a second term of short vision, mistakes, poor thinking and disasters. We need an America at work, an America in control, an America building peace — not a lost America destroying what is left of it in this world!

Poor Liberty!As millions of men and women around the world, I watched the first Bush vs. Kerry debate at the TV two nights ago. Of course, I would not dare to command, dear American friends, where should go your vote. But some of you think, with some reason, that the United States of America are leading the world. If so, every human being on this tiny blue planet will have to live with the results of this election for the better or for the worse. So it is important for you to know how foreigners like me feel about the tremendously important decision that you are about to make.

I am a French citizen in his mid forty peacefully living in Montreal, Canada, since 1989. At that time I chose to land as an immigrant in the Province of Quebec because I admired your civilization and your way of life, but I was naturally seduced by the possibility to live, love and work in French, my mother language. After fifteen years here, I feel twice more Canadian than French, and twice more North American than European. I have several beloved friends in the US, particularly in the regions of New York and Boston. In fact, I am a very close « ami » of your people. I share most of your culture, values and dreams. I feel your pain in my flesh when horrible disasters such as 9/11 or those latest devastating storms fall on you. I stand by your side — but not at any price, hopefully.

Since November 2002, when the Bush administration began talking about invading Iraq, I knew (and I publicized it on the Internet) that it was a very, very bad move. Irak was not one of those poor Central American countries where you can ship a bunch of CIA agents, a load of heavy equipment and a battalion of well-trained troops in order to throw down a helpless, although legitimately elected socialist government. It is a large and harsh country inhabited by a very tough people who has been trained to make war (not love) almost every decade for centuries. As many Western countries’ citizens and governments told you repeatedly, I knew that it would result in a horrible and bloody mess. Unfortunately, your political leaders of the time refused to consider what almost the whole world — except a bunch of low-profile subordinates pompously called « International Coalition » — shouted loud and clear.

Stop Bush!Two years later, you cannot close your eyes and reject the evidence again. No matter how sincere and determinate you were in those times of hurt, pain and anger. It appears clearly now that the Bush administration is not in control of the war it has started and that this war does less hurt terrorism than it boosts it by sowing millions of seeds of humiliation, hate, and anger in young Arabic souls. This in an infernal circle that our grand-children may have to live with.

Twelve thousands Iraqis have died so far — not mentioning the 1,052 Americans who joined them in grave. What do you think will result from that shattered lives? There is about no evidence that the American-Iraqi slaughter will end in the near future. In the meantime, Afghanistan is left aside of the civilized world with short American help, partly dominated again by warlords and radical Islamic rebels. Mister Ussama Bin Laden is still running at large, and Middle-Eastern Arabs would laugh out loud if they were not busy hating your spangled banner a little more everyday.

To my sympathetic foreigner’s eyes, this apocalyptic and counter-productive situation is a great proof of political failure. Fortunately, time calls for a new presidential election. I watched the two candidates on my TV last Monday and I was stunned by the difference between the two both in style and content. Bush looks like a middle class, stubborn suburban salesman talking about live, death and war as he would talk about cars, golf clubs and cigars. On the other side, Kerry looks like a distinctive leader full of spirit, wisdom and strength. The way that Bush is leaning on the same few primary messages again and again, with the same words learned by heart as magic formulas, does much contrast with the sharpness and complexity of Kerry’s inspired speech.

Of course, you don’t have to buy every of Kerry’s words in order to elect him as the next President of the United States. He is not God came down to Earth. As a human being, he has strengths and weaknesses. But he also has enough intelligence to listen and weight carefully every decision he may take. He looks responsible and sizeable. He is the only one, in fact, that has a chance to really protect America against new acts of Islamic terrorism for the years to come. Seen from 400 miles away, he is with absolutely no doubt your best bet in order to clean up the humanitarian and economical mess created by the Bush administration, to restore US’ credibility in the world, and to lead your usually peaceful and democratic people to a new cycle of prosperity and deserved glory.

John Kerry During the last four years, the little self-satisfied man that you have elected as President in 2000 has not shown his vision nor his strength. On the contrary, he has proven his spiritual blindness, his political stubbornness and his dramatic failure. I can certainly admit that you, a great people with great values and a great history, can make such a big mistake once. No people is elected to be perfect, whether in America, in the Middle East or anywhere else on Earth. But I sincerely cannot believe that you would do such a big mistake twice. That would be so disappointing.

Come on, guys. The stakes are too high. The timing is too tight. The world needs a great President of the United States right now — a man that stands above the crowd, that leads and truly protects his people, that deals with tact and effective results with the rest of the world. Your great country does not deserve a second presidential term of short vision, ugly mistakes, poor thinking, shaky economics and massive destruction. We all need an America at work, an America in control, an America opened for business and building peace — not a lost America destroying what is left of her dreams.

Well, folks, this is your decision — not ours. So please think about it twice.