Pincez-moi, je vole !

OOoooo!Il ne m’a fallu ce soir qu’environ 22 secondes et 92 centièmes pour télécharger la dernière version « preview » d’OpenOffice 2.0 depuis le serveur miroir du GULUS. Le RISQ a beau être un réseau très performant, cette prouesse s’explique par le fait que ce serveur se trouve à quelques mètres seulement de ma chaise de bureau < ça aide ;-> et aussi, accessoirement, parce que cette suite bureautique fabuleuse ne « pèse » que 64 Mo, soit quatre fois moins que sa concurrente soit-disant microdouce. Quatre fois moins de bits, certes, mais autant sinon quatre fois plus de tonus !

En effet, par rapport à la version précédente, OpenOffice 2.0 améliore considérablement le confort de travail et la compatibilité avec « MsO ». En prime, elle comprend maintenant un système de gestion de bases de données qui peut travailler dans à peu près n’importe quelle « BD », y compris — ô joie! — sur le serveur MySQL ronronnant en silence sous le capot de mon ordi. Voilà toute une nouvelle pour les développeurs Web qui vont maintenant pouvoir tout faire avec MySQL, y compris leur liste d’épicerie 😉

Comme il s’agit encore d’une mouture beta, je vais conserver par précaution l’ogre propriétaire sur mon ordinateur. Attendez-vous cependant à ce que que fasse désormais tout ce que je peux en « OO » et à ce que je vous envoie le fruit de mon dur labeur en format OpenOffice, avec une sortie PDF, RTF ou Word, selon le contexte. Cette excellente idée m’ayant été soufflée à l’oreille la semaine dernière par Robert « César » Gérin-Lajoie, je lui rends bien volontiers la paternité de ce move à la Brutus ;->

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.