Le blues de la métropole

TristesseCela n’a pas complètement gâché ma journée, mais je suis quand même triste. La seule initiative intéressante de l’ancien maire de Montréal, Pierre Bourque, est totalement dénaturée par la défusion de 15 arrondissements qui seront reconstitués en municipalités autonomes d’ici un à deux ans.

Curieusement, les référendums ont fait très mal dans l’Ouest anglophone de l’île et dans ces enclaves très chics du centre-ville que sont Westmount-la-richarde et Mont-Royal-l’opulente. Ils feront revenir la métropole dix ans en arrière au plan économico-social, mais au moins les choses sont maintenant un peu plus claires.

  1. Le « séparatisme » n’est plus un péché mortel. Ce qui s’applique aux uns doit s’appliquer aux autres. À la prochaine fois, comme disait le bon roi René.
  2. L’arrogance des riches n’a pas d’autres limites que celles qu’on leur impose. Si l’on peut à la rigueur comprendre la position des citoyens des villages de Lac Édouard, Boucherville, Saint-Augustin- de-Desmaures et Baie-d’Urfé, celles des habitants de Westmount et Mont-Royal, en effet, ne peut s’expliquer autrement que par l’élitisme, l’égoïsme et le mépris.

Je suppose que Peter Trent, le séparatiste en chef, ne sera pas d’accord avec cette analyse. C’est pourtant celle que de nombreux québécois ne manqueront pas de faire. Tant pis pour lui.

Publié dans amicalmant.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Archives

Dernières vidéos

Une vision citoyenne des lieux de culte à Outremont

Unifier mondes sémantique et non sémantique

Traitements et environnements sémantiques à Hydro-Québec